#MoiAussi sur les réseaux sociaux: le hashtag dont on doit parler - Narcity

#MoiAussi sur les réseaux sociaux: le hashtag dont on doit parler

Pas mal plus fréquent qu'on le pense.

« #MeToo » ou « #MoiAussi » : le mot-clic tendance du moment. Toutefois, cette fois, ce n'est pas un hashtag utilisé pour une tendance mode ou un défi qu'on se lance. Cette fois, tout le globe s'allie pour dénoncer les agressions et le harcèlement. Chose qu'on ne fait pas assez.

Chose qu'on n’est pas game de faire, parce que c'est ça le problème derrière les agressions: les victimes ont honte d'en parler et se sentent humiliées. 

Les accusations entourant Harvey Weinstein, le producteur accusé de harcèlement sexuel et de viol par une trentaine d'actrices, sont à la base de plusieurs révélations dans le domaine artistique. On pense par exemple à Kayla Jones qui a révélé une série de viol au niveau du groupe les Pussycat Dolls.

Mais si on prenait la peine de s'arrêter. La peine de regarder autour de nous et de réaliser que c'est un fléau qui touche tout le monde, pas seulement les célébrités? 

C'est Alyssa Milano, actrice que tu as connue dans Charmed, qui a partagé le mouvement sur son Twitter, hier après-midi: 

« Si tu as déjà été harcelé sexuellement ou agressé, écrit «moi aussi» en réponse à ce Tweet. » Moins de 24 heures plus tard, il y a déjà 45 284 réponses et 16 312 partages: le phénomène est viral.  

L'objectif: avoir un meilleur portrait de l'ampleur de la situation, du problème. 

Voici un aperçu de ce que tu devrais voir exploser dans ton fil d'actualités aujourd'hui:
J'ai laissé le tout anonyme, parce que d'avoir le courage de le publié, c'est déjà assez selon moi.  

Via Twitter


Via Facebook


Via Twitter


Via Facebook

Inutile de mentionner la popularité du mouvement: c'est le mot-clic le plus utilisé sur Twitter aujourd'hui. 

On invite les femmes à partager leur expérience sur les réseaux sociaux à l'aide du mot-clic si elles veulent se libérer de ce qu'elles enfouissent sans honte, et on respecte celles qui veulent tout simplement partager le mot-clic sans publier leur histoire parce que ça fait trop mal.

Une chose est certaine: c'est une belle claque au visage qu'on reçoit en voyant le nombre de proches qui ont été victimes d'harcèlement ou d'agression. Une belle claque, parce qu'en la recevant, on fait définitivement avancer les choses. 

#MeToo, #MoiAussi. 

Share on Facebook