Après l’avoir promis lors de la dernière campagne électorale fédérale, le premier ministre Justin Trudeau passe à l’action; le gouvernement libéral bannira près de 1 500 armes d’assaut de type militaire sur le territoire canadien. C’est ce qu’il a annoncé ce vendredi.

« Aujourd’hui, nous fermons le marché des armes d’assaut de type militaire au Canada. Nous interdisons 1 500 modèles et variantes de ce type d’armes à feu par voie réglementaire. »

C’est ce qu’a annoncé le premier ministre Justin Trudeau, avec à ses côtés la vice-première ministre Chrystia Freeland ainsi que le ministre de la Justice David Lametti et celui de la Sécurité publique, Bill Blair.

« Elles n’ont aucune utilité et elles n’ont pas leur place chez nous », a-t-il lancé en début de conférence de presse.

« Le 6 décembre 1989, j’étais à Montréal, au cégep, juste en bas de la côte de l’École Polytechnique. Je ne peux pas vous dire ce que j’ai étudié ce jour-là, mais je n’oublierai jamais le moment où j’ai entendu les premiers reportages d’une tuerie à l’École Polytechnique. »

Le premier ministre s’est toutefois dit rassuré que la majeure partie des propriétaires d’armes les utilisent « de manière légale et sécuritaire », affirmant « qu’on n’a pas besoin d’un AR-15 pour abattre un cerf ».

À titre d'exemple, ce sont notamment une Ruger Mini-14 et une VZ58 Sporter qui ont été utilisées respectivement durant le massacre de Polytechnique Montréal et lors de la tuerie de la grande mosquée de Québec.

« C’est la raison pour laquelle, à partir d’aujourd’hui même, il n’est plus permis de vendre, d’acheter, de transporter, d’importer ou d’utiliser des armes d’assaut de type militaire au Canada », a déclaré le premier ministre.

Pour une période de deux ans, une amnistie sera accordée aux personnes ayant acheté légalement les armes à feu visées. Un projet de loi entourant le programme de rachat de ces armes qui deviendront bannies sera présenté prochainement.

La semaine dernière, le Canada a connu sa pire tuerie de masse au pays depuis le féminicide de Polytechnique. Un homme de 51 ans a abattu 22 personnes en Nouvelle-Écosse. Les raisons derrière son geste ne sont toujours pas connues.

Selon le premier ministre Trudeau, les armes d’assaut de calibre militaire n’ont qu’un seul et unique but, « faire le plus de victimes, le plus rapidement possible ».

« Assez, c’est assez », a martelé le premier ministre lors de sa conférence de presse. « Ce chapitre de notre histoire ne peut être réécrit, mais il nous revient de décider de l’avenir. Nous pouvons nous contenter de pensées et de prières. Ou nous pouvons nous unir, comme pays, et mettre une fin à cela. »

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter