Alors que la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) dévoilait hier la réouverture de ses parcs et sentiers dès la semaine prochaine, voilà qu’Ottawa annonce que certains parcs nationaux rouvriront le 1er juin d'un océan à l'autre, ce qui permettra à la population de profiter du « beau temps » après deux mois de pause.

C'est ce qu'a annoncé le premier ministre Justin Trudeau, lors de son point de presse quotidien devant sa résidence d'Ottawa.  Cette « bonne nouvelle » arrive à temps, alors que la longue fin de semaine de mai est à nos portes. 

« Avec le beau temps qui arrive, c’est important de prendre de l’air frais, mais il faut le faire de manière responsable », avoue-t-il. 

« Vous allez pouvoir profiter des sentiers et des espaces verts en respectant les consignes de distanciation physique. [...] Et on doit être prêt à s’adapter aux nouvelles circonstances », a prévenu Justin Trudeau

 

Le premier ministre Trudeau a tenu à préciser à la population qu'il fallait toutefois « rester prudent ». « Il faut se rappeler, par contre, que ce n’est pas pour toujours. Si chacun fait sa part, on va passer à travers. »

Au Québec, Parcs Canada compte trois parcs, soit le parc Forillon en Gaspésie, le parc national de la Mauricie et la Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan.

Il n'a pas mentionné s'ils allaient rouvrir le 1er juin ou au même moment que la SÉPAQ.

Ce mercredi, la ministre déléguée aux sports et aux loisirs, Isabelle Charest, a annoncé la reprise «graduelle» d'activités sportives et de plein-air individuelles dès le 20 mai prochain.

Outre la réouverture de certains parcs nationaux au Canada, le premier ministre Trudeau a dévoilé une aide financière de 470 M$ pour les pêcheurs canadiens qui font face à de fortes baisses de revenus en raison de la pandémie de COVID-19.

Cette aide vient après celles offertes aux étudiants, aux entreprises, aux agriculteurs et aux ainés.

« Plusieurs industries traversent des moments difficiles, et celle de la pêche n’y échappe pas. Non seulement les gens doivent ralentir [...], mais le prix et la demande des produits de la mer ont également chuté », a-t-il lancé aux journalistes.

La Prestation aux pêcheurs couvrira jusqu’à 75 % des pertes des pêcheurs, et ce, jusqu’à concurrence d’environ 10 000 $. Pour être admissible, un pêcheur doit avoir une baisse de revenus de 25 % cette saison.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications