Le premier ministre Justin Trudeau a fait le point sur l’évolution de la COVID-19 au pays lors de sa conférence de presse quotidienne ce mercredi. Mise à part la possible pénurie d’équipements médicaux d’un océan à l’autre, il a affirmé que le Canada pourrait faire face à la crise sanitaire pour encore des semaines, voire des mois. 

C’est devant sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa, que Justin Trudeau s’est adressé aux journalistes présents. Sans se vouloir alarmiste, le premier ministre a tenu à être transparent.   

« On va être dans cette situation pendant bien des semaines encore, peut-être des mois », dit M. Trudeau.

« On essaie de contrôler la courbe, de contrôler la propagation du virus », affirme le chef d’État. « On est en train de préparer un éventail de possibilités. »

Justin Trudeau a d’ailleurs voulu rappeler à la population qu’elle se devait de respecter les règles sanitaires mises en place par les gouvernements fédéral et provincial.

« Soyez intelligents quant aux choix que vous faites au quotidien. Votre destin est le nôtre. On a une responsabilité collective », dit Justin Trudeau.

Il a ajouté que « nous avons tous l’obligation morale de rester à la maison », ajoutant que le Canada n’a pas vu une aussi grande mobilisation de la société civile depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Concernant la possible pénurie d’équipements médicaux au pays, le premier ministre a avoué qu’il ne pouvait rien garantir. « On est en train de travailler extrêmement fort pour combler les différents besoins », dit-il.

« C’est une situation problématique, parce que beaucoup de pays dans le monde courent après le même équipement », a-t-il affirmé.

Le premier ministre Trudeau annonçait hier que des entreprises canadiennes avaient été contractées, afin de contrer cette pénurie. Parmi celles-ci, la compagnie montréalaise Medicom, qui fabriquera, entre autres, des masques N95 pour le compte du gouvernement.

Le premier ministre Trudeau reconnaît que le monde, dans son ensemble, essaie de mettre la main sur un nombre limité d’équipements médicaux. 

Il avait affirmé que son principal souhait était que le Canada soit autonome et qu’il ne dépende pas des autres nations « pour répondre à nos besoins ».

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications