L'épidémie de COVID-19 continue de préoccuper les gouvernements à travers le monde, qui multiplient les mesures pour limiter la propagation du virus. Alors qu'Ottawa s'apprête à rapatrier plus de 200 passagers canadiens d'un bateau de croisière où a éclos le nouveau coronavirus, le gouvernement du Canada conseille aux citoyens d'éviter les voyages en croisière. 

Lors d'une conférence de presse, ce lundi 9 mars, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, a fortement recommandé aux Canadiens de ne pas effectuer de voyages sur des navires de croisière, au vu des nombreux cas qui se sont déclarés dans les dernières semaines sur ces bateaux. 

Dre Tam a expliqué que les croisières accueillent des voyageurs venant de partout dans le monde, dont des pays où il y a eu éclosion, connue ou non, du COVID-19. À bord des navires, « le virus peut se répandre rapidement en raison des contacts étroits entre passagers », a-t-elle ajouté.

Sur son site Internet, le gouvernement du Canada indique que dans les récents cas de manifestation du COVID-19 sur des navires de croisière, une forte proportion de passagers a été infectée.

Un nombre important de personnes touchées ont dû être hospitalisées et des décès ont également été rapportés.

Ottawa rappelle aussi que des quarantaines peuvent être imposées sur des bateaux de croisière, ce qui peut non seulement réduire l'accès aux soins de santé mais aussi l'accès aux services consulaires.

Il est également précisé qu'en cas d'éclosion du COVID-19 sur un navire de croisière, les Canadiens pourraient ne pas être rapatriés par le gouvernement, ou pourraient avoir à défrayer les coûts d'un rapatriement.

Alors que cette mise en garde a été annoncée, un avion nolisé par le gouvernement s'apprête à aller chercher 237 Canadiens coincés à bord du Grand Princess au large de San Francisco, en Californie. Selon Radio-Canada, 21 personnes sur le bateau sont atteintes du COVID-19.

Les passagers canadiens seront dépistés avant de monter dans l'avion, puis seront transportés jusqu'à la base des Forces canadiennes à Trenton, en Ontario, pour être évalués et soumis à une quarantaine de 14 jours.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications