Une pause de COVID-19 s’est imposée lors du point de presse quotidien du premier ministre Justin Trudeau, alors qu’il a tenu à offrir ce jeudi ses condoléances aux familles des six membres des Forces armées canadiennes à bord d’un hélicoptère militaire disparu en mers grecques. 

Habitué de tenir sa conférence de presse quotidienne devant sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa, c’est à la salle de presse de la colline du Parlement que Justin Trudeau s’est entretenu avec les médias. 

Le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan, le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, et Jody Thomas, sous-ministre du ministère de la Défense nationale, étaient aux côtés de Justin Trudeau.

Tous étaient en salle de presse pour faire le point sur la disparition d’un hélicoptère Cyclone CH-148 des Forces armées canadiennes et de son équipage qui s’est écrasé en mer Méditerranée dans le cadre d’une mission de l’OTAN.

L’appareil avait quitté la Nouvelle-Écosse en janvier dernier à bord du navire NCSM Fredericton.

Pour l’instant, un corps et des débris de l’appareil ont été découverts dans les eaux internationales de l’île grecque de Céphalonie. 

« Une victime a été retrouvée, cinq membres ont été portés disparus. Ils sont tous des héros », a commencé le premier ministre Trudeau.

La militaire qui a perdu la vie et qui a été retrouvée, Abbigail Cowbrough, était originaire de la Nouvelle-Écosse. Âgée de 23 ans, elle était officière du génie des systèmes de marine.

« C’est un nouveau jour difficile pour la Nouvelle-Écosse », assure Justin Trudeau.

L’hélicoptère était impliqué dans l’opération REASSURANCE avec des alliés de l’OTAN, dont l’Italie et la Turquie. Lors de sa disparition, l’équipage était en exercice militaire dans la région de la mer ionienne, entre la Grèce et l’Italie.

Pour l’instant, les causes de cet accident sont inconnues, mais « les efforts de recherches continuent pour les autres personnes manquantes », a souligné le général Vance.

En ce qui concerne les boîtes noires, elles ont été retrouvées. Une enquête sur la sécurité du vol a été lancée et une équipe quittera le Canada dans les prochains jours pour enquêter sur l’écrasement de l’hélicoptère. 

« C’est un moment agonisant, pour toutes les familles et les collègues. Nous faisons tout pour aider les proches », a ajouté le général.  

Lors de sa disparition, l’hélicoptère était sur le chemin du retour sur la frégate NCSM Fredericton. « Il n’y a rien de pire que de perdre contact avec ses camarades alors qu’ils sont à l’horizon », a avoué le général Vance. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter