L’Iran aurait accepté que le Canada participe à l’enquête, en travaillant conjointement avec le gouvernement ukrainien. La demande de cette participation avait été émise par le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, dans le cadre d’une conversation téléphonique avec son homologue iranien. Le gouvernement iranien a d’ailleurs accepté de remettre les boîtes noires du Boeing à l’Ukraine. 

« Cette nouvelle vient confirmer la nécessité d’une enquête approfondie dans cette affaire, a ajouté le premier ministre. J’ai des questions. Les Canadiens ont des questions. »

Sur les réseaux sociaux, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a tenu à remercier le premier ministre canadien pour sa collaboration.

De son côté, le président américain Donald Trump ne croit pas non plus qu’un problème mécanique soit à l’origine de l’écrasement du vol PS752.

« J’ai des doutes, a-t-il affirmé en point de presse. J’ai le sentiment que quelque chose de terrible s’est passé. [...] Quelqu’un, dans l’autre camp, pourrait avoir commis une erreur », a-t-il ajouté.

Le Canada et l’Iran n’ont plus de relations diplomatiques depuis 2012.