La première personne infectée à la COVID-19 au pays a été détectée le 15 janvier. Plus de trois mois et des poussières se sont écoulés depuis et le Canada compte maintenant près de 50 000 cas. Voilà que le gouvernement fédéral compte dévoiler prochainement un plan de réouverture pancanadien. C’est ce qu’a annoncé le premier ministre Justin Trudeau lors de sa conférence de presse quotidienne à Rideau Cottage, mardi. 

Perçu comme une bonne nouvelle pour certains, anxiogène pour d’autres, la réouverture de l’économie canadienne devra se faire tôt ou tard. D’entrée de jeu, Justin Trudeau a confirmé que les détails de l’entente entre les provinces et territoires seront dévoilés sous peu.

Le premier ministre hésite toutefois à lever trop rapidement les restrictions sanitaires, de crainte que le problème revienne de plus belle.

« Dans bien des régions du pays, le virus a ralenti sa propagation [...], mais on n’est pas sorti du bois », avoue-t-il, ajoutant que le dépistage serait crucial dans le processus de déconfinement.

Même si les tendances sont encourageantes, selon lui, la population doit rester prudente, « surtout dans les CHSLD ». « On va encore devoir faire plus », insiste le chef d'État.

En cas de retour au travail, les Canadiens et les Canadiennes devront faire face à des « mesures spécifiques et du nouvel équipement » pour se protéger.

Concernant le dépistage au pays, le premier ministre Trudeau affirme que la réalité est « différente » d’un océan à l’autre.

Actuellement, le pays réalise plus de 20 000 tests par jour, a indiqué le premier ministre. « C’est pourquoi on intensifie le dépistage et on met en place les outils nécessaires le plus rapidement possible », lance-t-il.

« Nous avons une réalité différente à travers le pays, même d’une ville à l’autre. Ce n’est pas une pandémie [mais] une série de pandémies différentes. Nous voulons faire du dépistage adapté à chaque région. »

Advenant l’arrivée d’un vaccin, s’il y a lieu, les citoyens et citoyennes devront-ils se faire vacciner obligatoirement ?

« Pour les protocoles, il nous reste encore du temps pour décider. Nous sommes loin d’avoir un vaccin et le trouver, ce n’est que la première étape. Il faudra le produire, ici, au Canada. Nous sommes en train de mettre en place des capacités de production ici. »

Au Québec, le premier ministre François Legault a commencé à dévoiler les plans de réouverture graduelle de son gouvernement, en commençant avec les établissements scolaires. Selon les régions, les écoles primaires rouvriront dès le 11 mai. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter