Au cours de l'année 2019, les cochons sauvages ont souvent fait les manchettes alors qu'ils causaient de nombreux problèmes au Canada et aux États-Unis. Cet été, les experts en faune du gouvernement ontarien demandaient alors au public de contribuer à traquer cet animal hybride entre le cochon domestique et le sanglier qui avaient un impact horrible sur les récoltes. 

Maintenant que l'hiver est arrivé, cette espèce que plusieurs ont nommée la plus invasive a trouvé un moyen de survivre à l'hiver canadien : des « pigloos ».

Dans le but de se protéger du froid pendant la saison hivernale, les cochons sauvages vont creuser profondément dans la neige, créant des tunnels. La neige, sur le dessus,  servira de couche isolante, un peu comme dans un vrai igloo, mais sous terre.

Ces « pigloos » vont aussi permettre à ces bêtes de bien se cacher, ce qui va empêcher de les traquer. 

Selon les dires de la chercheuse du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario, Erin Koen, à Radio-Canada, nous avons raison de croire que la population de ces animaux est constamment en hausse puisqu'ils peuvent se reproduire dès l’âge de six mois: « Une femelle peut donner naissance à 100 porcelets en deux ans. » 

Ces créatures sauvages sont également omnivores, donc elles peuvent manger pas mal n'importe quoi pour survivre au détriment de la nature. Cet été, on a vu plusieurs de ces bêtes déraciner des plants et détruire des récoltes. Elles peuvent aussi transmettre plusieurs maladies, soit des virus, des parasites et des bactéries à d'autres animaux, mais également aux humains. 

Leur masse en plus de leur épaisse fourrure sont également de bons moyens de s'adapter à la température. Ils pourraient survivre à l'hiver avec ou sans leurs « pigloos », ce qui inquiète au Canada, mais aussi chez les voisins du sud. 

C'est un gros problème pour les fermiers du Montana et du Dakota du Nord parce que les envahisseurs sauvages se nourrissent de presque tout et sont un danger pour les plantes et les animaux locaux.

Dr Dale Nolte, manager du Feral Swine Program au département de l'agriculture des États-Unis, estime que le coût annuel de dommages fait par ces cochons sauvages se situe entre 1,5 et 2,5 milliards de dollars américains.

Donc, bien que l'idée d'un « pigloo » semble adorable, il est clair qu'ils représentent une grosse menace écologique.  


*Photo de couverture à titre indicatif. 

Cet article traduit de l'anglais a initialement été publié sur Narcity Canada. 


Il y a des histoires partout! Si tu as un scoop à partager, envoie-nous un message, une vidéo ou une photo à @Narcityquebec sur Instagram ou Facebook.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications