Après toute l'histoire de la saisie des animaux au Zoo de St-Édouard qui a fait couler beaucoup d'encre dernièrement au Québec, voilà que deux autres zoos canadiens font jaser aujourd'hui. En effet, l'organisation Protection mondiale des animaux (World Animal Protection/WPA) a dévoilé un nouveau rapport d'études indiquant que deux zoos en Ontario sont classés parmi les plus « cruels et désuets » au monde. 

L'organisme a fait l'étude de plus de 1 200 zoos liés à la World Association of Zoos and Aquariums (WAZA) qui chapeaute la communauté mondiale des parcs zoologiques et des aquariums. Le rapport révèle que ce sont 75% d'entre eux qui offrent des activités où les visiteurs peuvent entrer en contact direct avec ces animaux sauvages. Non seulement, ces activités et méthodes sont jugées cruelles, selon la WPA, mais elles représentent aussi un danger pour la santé des animaux et pour la sécurité du public

Ainsi, parmi les zoos mentionnés dans le rapport, on retrouve notamment African Lion Safari et Jungle Cat, deux zoos situés en Ontario. 

L'organisation WPA a noté que ces parcs animaliers utiliseraient des pratiques cruelles et humiliantes pour les animaux, notamment les gros félins et les éléphants. « Des techniques d'entraînement cruelles seraient utilisées sur ces animaux afin de les faire performer devant les spectateurs. (traduction libre)  », explique la WPA.

Pour ce qui est de African Lion Safari, le zoo a été critiqué pour la maltraitance des éléphants, alors qu'ils doivent porter des touristes sur leur dos, porter des costumes, faire de la peinture avec leur trompe, en plus d'autres activités stressantes pour eux. 

Jungle Cat World s'est aussi retrouvé dans la liste pour ses pratiques et activités cruelles. Tandis que les tigres sont des animaux nocturnes, les bêtes du Jungle Cat World doivent rester éveillés pendant le jour pour satisfaire aux heures d'ouverture du zoo. Les visiteurs peuvent aussi prendre des photos avec plusieurs espèces telles que des cougars, des lions, des tigres et des loups.

Le rapport indique aussi qu'il n'y a pas d'organisation mondiale pour réglementer le tourisme animalier et c'est pourquoi les zoos peuvent continuer d'offrir ce genre d'attractions, et ce malgré les directives et les standards de WAZA.

Melissa Matlow de World Protection Animal rappelle donc au public que si les animaux doivent prendre part à des activités ou des comportements qu'ils n'auraient pas dans leur habitat naturel, alors ça ne devrait pas être vu dans un zoo. « Ce n'est pas naturel, ce n'est pas éducatif, c'est cruel » écrit-elle dans un communiqué.

Pour lire le rapport intégral, c'est ici.

Cet article traduit de l'anglais a initialement été publié sur Narcity Canada.

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter