Le climat d'incertitude et les consignes strictes de santé publique pendaient comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête des Québécois impatients de planifier leurs vacances estivales. Plusieurs ont sans doute poussé un grand soupir de soulagement à la suite de l'annonce de la réouverture des campings dès le 1er juin. D'ailleurs, les réservations ont explosé à la SÉPAQ tout de suite après l'allocution de la ministre.

En effet, Caroline Proulx, ministre du Tourisme, a annoncé le 27 mai dernier que les campings du Québec avaient le feu vert pour rouvrir dès lundi prochain.

Le soulagement et l'engouement des Québécois se sont fait ressentir tout de suite après cette révélation attendue.

Selon Simon Boivin, responsable des relations avec les médias à la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), pas moins de 90 000 personnes se seraient ruées sur le site web afin de réserver sites de camping, chalets ou yourtes.

« C'est exceptionnel pour le moment de l'année et pour la journée, évidemment », constate le relationniste. « Ça correspond un peu à ce qui arrive quand on fait de grands lancements de produits, comme l'annonce de l'ouverture de la pêche, par exemple. » 

 

Malgré l'impressionnant achalandage de mercredi, bien des sites et des dates demeurent disponibles. Mais peut-être faut-il baisser ses attentes et rester flexibles.

Car les longs week-end, les vacances de la construction et les fins de semaine demeurent toujours populaires et cette année ne fait pas exception, observe-t-on à la SÉPAQ.

« Il y a encore beaucoup de belles possibilités, mais il faut une certaine souplesse. Ça peut être l'opportunité de découvrir de nouvelles destinations ou d'essayer le prêt-à-camper par exemple », si on utilise de coutume les chalets, ou vice-versa, explique Simon Boivin.

À noter aussi qu'à cause de « l'obligation de louer [un lieu] à une seule unité familiale », certains se verront peut-être forcés d'annuler leur réservation faite avant la pandémie.

« On demande au responsable de la réservation de groupe s'il souhaite conserver sa réservation, la transférer à quelqu'un qu'il connaît ou être remboursé. S'il choisit la dernière option, cela crée de nouvelles opportunités pour d'autres usagers. »

Il vaut donc la peine d'aller fouiner sur le site de la SÉPAQ, qui comprend encore beaucoup de disponibilités et dont l'achalandage s'est déjà un peu calmé.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications