Je ne sais plus trop ça fait combien de temps qu'on est confinés à la maison. Comme les jours et les heures ne comptent plus vraiment, je l'ai calculé en mesures existentielles : en bouteilles d'alcool. Je suis donc enfermée chez moi depuis une bouteille de gin, une crème de menthe, une Amaro, une grappa et un Apérol. J'exclus le vin et la bière, ça deviendrait vite déprimant, mais moi pis mes amies on s'est fait livrer des viniers de 3L. Ça te donne une idée. 

Faque demande moi pas comment ça va, ça va très bien, merci. Il y a quelques semaines, je te disais que le timing était bon pour réinventer le dating. Je voyais un si bel avenir. Tsé comme les vidéos où la nature reprend ses droits, on voit deux sangliers à Barcelone, un dauphin à Venise pis Joe Exotic toujours derrière les barreaux.

Le monde nous appartenait.

C'était peut-être trop beau pour être vrai. Voici mon bilan dating COVID-19 des dernières semaines. 

Les premiers jours, voire la première semaine, sont occupés et excitants. Vous vous textez souvent quasi tout l'temps, vous apprenez à vous connaître en vous posant des milliers de questions; rouge, blanc ou bulles? Bali ou Bangkok? Poulet au beurre ou cari d'agneau? Orteils difformes ou mignons? Chien ou chat? La poule ou l'oeuf? Tu comprends le principe.

Y'a quelque chose de cute, ça peut rapidement virer au film Disney si cette histoire-là marche. Imagine, une bague au doigt pis toute, tu cries l'amour a triomphé partout dans ton beau condo décoré de beaucoup de blanc et de macramé. Comme une fleur qui pousse dans le béton, ton couple est issu du laid.  

Vous décidez de vous appeler ou de FaceTimer. Les premières secondes sont cruciales, c'est l'analyse. Le son et le ton de sa voix, la vitesse des mots, la manière de les prononcer, est-ce qu'il te met sur speakerphone en faisant 1000 affaires en même temps ou il te tient dans ses mains et t'accorde toute son attention, tout tout tout y passe.

FaceTime c'est pire, tu le regardes de gauche à droite, de haut en bas, les traits de son visage, sa posture, son corps,  les vêtements, les tissus, la luminosité du logis, les meubles, leur disposition, tu regardes partout en essayant d'emmagasiner tout ce que tu vois pour te faire une idée sur le personnage. Tu peux presque sentir le pâté au poulet qu'il s'est fait cuire. 

La période audio-vidéo n'a aucune limite, vous vous parlez deux ou trois fois par jour. Un sourire s'affiche sur votre visage quand vous voyez votre cellulaire sonner et son nom apparaître. Même feeling qu'appréhender une date. Qui finira sans sexualité et sans te coûter une cenne.

Y'a du bon et du mauvais. 

Vers le milieu de la deuxième semaine se pointe doucement le visage du désir et de l'interdit dans le cadre de porte.

Tu passes des 5@7 virtuels aux 5@7 intimes. T'essayes moins d'être la meilleure version de toi-même, tu voulais respecter le confinement, mais là tu es rempli de doutes. Parce que la tentation est bien là. Donc on passe d'explorer sa personnalité à dévoiler le contenu de ses sous-vêtements et un peu celui de ses pulsions.

T'es passé de "j'aime beaucoup manger de la lasagne" à "j'me mettrais au lit pour que tu manges ma insérer ce que vous voulez."

La dynamique change pas mal. Les conversations sont plus orientées vers un côté intime. Et on ne s'appelle plus trois fois par jour parce qu'on a juste rien à se dire. Je suis confinée, ma plus grande sortie, c'est aller à l'épicerie. M'habille pour envoyer des photos cutes, faque on s'entend que le contenu de mes journées est pas ce qu'il y a de plus excitant à se raconter, ni à 10 h, ni à midi et encore moins rendu à 17 h.

Pis à force de passer tes journées à te crinquer, c'est sûr qu'un des deux va basculer du côté sombre de la force. Et l'invitation va être lancée. Mon conseil c'est de rester chez vous, tu sauves la chance d'attraper un virus qui pourrait te tuer, ajoute à ça 1 564$ si ça vire mal, et 1 564$ + une maladie si ça vire ben mal.

C'est un pensez-y-bien, mais y'a juste une bonne option. Non, je ne reçois aucun montant du gouvernement pour dire ça.

La semaine 3 est fatale. Tout s'effrite. Surtout l'intérêt. On a rien à se dire. Pu rien à se montrer. Élaborer assez de scénarios hors confinement pour être occupés les quatre premiers mois jour et nuit.

Mais, en attendant? On se donne un rendez-vous post-virus?

Tsé, non je suis pas super occupée, mais en même temps j'ai pu rien à texter à quelqu'un à qui je parle non-stop pendant trois semaines. Quand t'es rendu à savoir que sa mère Suzanne, mère monoparentale avec des mycoses aux pieds, a une allergie sévère aux crustacés et aux kiwis crus, c't'un bon signe que t'as fait le tour.

J'connais pas l'avenir. J'sais pas quand ça va finir et qu'on va retrouver notre liberté. J'aimerais ça dire "On se donne des nouvelles après tout ça!" Mais on va-tu vraiment le faire? Les circonstances sont dures sur le dating. Garder l'intérêt sans se voir nécessite de naviguer autour de toutes les possibilités qui s'offrent à nous.

Une fois qu'on a fait le tour, c'est pas évident. Ça ressemble beaucoup au dating normal. Sauf que là, au lieu d'être pognés dans nos horaires de fous, on est enfermé dans nos maisons. Tu swipes, tu jases, tu t'occupes pour passer le temps. T'as rien de mieux à faire. Pis quand ça devient plate, ciao bella ciao

Quand on va sortir de tout ça, on va voir nos amis, notre famille, on va reprendre possession de nos vies. J'ai ben peur que tout ceux qui ont croisé ma route du confinement ne soient que de vagues souvenirs. Et de jolies photos dans ma mémoire.

J'me dis aussi que j'pourrais faire le p'tit effort de texter quand l'arc-en-ciel va disparaître pour faire place au soleil. On sait jamais! Si j'me marie avec un homme coronavirus, je promets de faire mon mariage en Live Facebook, en souvenir de cette période. 

Pour lire toutes les chroniques Célib-à-terre de Merlin Pinpin, c'est ici.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter