Plus de 60 jours se sont écoulés depuis la mise sur pause du Québec et l’imposition de nouvelles restrictions sanitaires et de distanciation sociale. Voilà que le gouvernement du Québec a annoncé, lors du point de presse quotidien, que la population pourra graduellement reprendre les activités sportives, de loisir et de plein air.

C’est accompagné, comme à son habitude, du docteur de la santé publique, Dr Horacio Arruda, et de la ministre de la Santé, Danielle McCann, que le premier ministre Legault a offert un « scoop » concernant la reprise prochaine d’activités sportives individuelles, comme le golf et le tennis.

Il s’agit d’une des « bonnes nouvelles » que M. Legault a annoncé aux journalistes.

« Je suis dû pour un bon match de tennis avec un de mes deux gars, tout en étant pas trop sûr que c’est moi qui vais gagner », confie-t-il à la blague. 

Mercredi après-midi, la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, en fera l’annonce officielle.

Pour l’occasion, elle sera accompagnée du conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique, Dr Richard Massé. Plus de détails seront dévoilés à ce moment.

Sur une autre note, le premier ministre Legault s’est dit insatisfait du nombre de tests de dépistage de COVID-19 qui se font dans la province. Le Québec n’a toujours pas atteint sa propre cible, soit 14 000 par jour.

Pour l’instant, la province a réussi à passer de 6 000 à 9 000 tests journaliers.

« Je n’accepte pas ça [et] je ne suis pas content. [...] J’espère que dans les prochains jours, on sera capable d’augmenter à 14 000. J’en ai parlé aux personnes concernées », a-t-il dit.

Il a tout de même rappelé que le Québec est l’un des endroits au monde « où on a testé le plus de personnes » par million d’habitants.

Depuis hier, le premier ministre Legault a fortement recommandé le port du masque en public, se présentant lui-même avec un couvre-visage devant les médias. 

Par contre, certains se demandent pourquoi il n’est toujours pas obligatoire, comme dans certaines régions du monde, dont dans l’état de New York. 

« Il faut que les masques soient disponibles », affirme-t-il d’emblée. Et présentement, il n'y en aurait pas assez pour tout le monde.

Selon M. Legault, la province aurait besoin de dizaines de millions de masques pour en fournir à toute la population. « Non seulement il faut fournir les masques, mais il faut qu’ils soient de qualité. On travaille très fort là-dessus. » 

Le premier ministre avoue être « confiant » que le Québec sera apte à fabriquer assez de masques pour la population « d’ici un mois ».

Son gouvernement est d’ailleurs en discussion avec différentes entreprises québécoises pour atteindre cet objectif. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter