C’est un secret de polichinelle; le Québec subit les bourrasques d’un virus meurtrier qui sévit à travers le monde. Les autorités sanitaires québécoises ont émis leurs règles à respecter et, pour certains, elles ne sont pas faciles à suivre, comme le confinement. Plusieurs personnes sont confuses face aux rassemblements, inondant inutilement les centres d’appels du 911. 

Ça fait maintenant quatre semaines que le Québec est sur pause, que l’économie est au ralenti et que nous sommes pris à la maison à binge-watcher toutes les séries Netflix/Amazon Prime/Disney+/Tou.tv/Crave de ce monde. À un moment donné, tu as fait le tour (surprenamment!).

La tentation est là, dehors. Ton ami passe devant chez toi et tu as plus qu’envie d’aller le rejoindre et de lui piquer une jasette. À faire ou ne pas faire? Telle est la question.

Depuis mercredi dernier, tous corps de police confondu a le droit d’émettre des constats d’infractions de 1 000 $ (ou plus!) aux citoyens ne respectant pas la règle de distanciation sociale et qui participent à des rassemblements décrétés illégaux. 

En date du dimanche 5 avril, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait remis 79 constats d’infraction généraux.

Mais sont-ils vraiment illégaux? Il semble que plusieurs agents de la paix interprètent la règlementation du gouvernement différemment. 

Radio-Canada rapportait que des services de police ont affirmé que des amis n’ont pas le droit de marcher ensemble dans la rue, et ce, même à deux mètres les uns des autres, et que les rassemblements de plus de deux personnes sont interdits.

Si l’on se fie à la Loi sur la santé publique, mise en place à la suite de la déclaration de l’état d’urgence au Québec, l’article 123 stipule le contraire. 

Afin de protéger la santé de la population, la loi interdit, en effet, tout rassemblement intérieur ou extérieur, sauf :

« - s’il est requis, dans un milieu de travail, pour l’exercice d’une activité qui n’est pas visée par une suspension prévue par décret ou arrêté, y compris ceux pris subséquemment ;

- s’il est requis pour obtenir un service ou un bien d’une personne [...];

- dans un moyen de transport;

- dans le cas d’un rassemblement extérieur, dans l'une des situations suivantes :

  • si les personnes rassemblées sont des occupants d’une même résidence privée ou de ce qui en tient lieu;

  • si une personne reçoit d’une autre personne un service ou son soutien;

  • si une distance minimale de deux mètres est maintenue entre les personnes rassemblées. »

Maintenant, après avoir pris connaissance des règles, tu peux aller prendre une marche à l’extérieur avec tes compagnons de confinement, mais respecte la distanciation sociale, sinon ta sortie va te coûter cher.

VIDÉO POPULAIRE La Sûreté du Québec rappelle d'éviter même les balades en voiture

 
Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter