Le premier ministre du Québec, François Legault, est sorti de son congé en ce samedi 11 avril afin de donner son point de presse quotidien, entouré du Dr Arruda et de Danielle McCann. Il a d'ailleurs profité de l'occasion pour faire le point sur la COVID-19 au Québec, en plus de commenter la situation dans les résidences pour personnes âgées

Ce vendredi soir, vers 20 h 00, Québec a appris qu'il y a eu pas moins de « 31 décès à la résidence privée Herron, à Dorval », depuis le 13 mars dernier. À l'heure actuelle, cinq de ces derniers sont confirmés comme ayant été causés par la COVID-19. 

C'est à cet établissement que la Montreal Gazette a rapporté, la semaine dernière, les conditions inacceptables dans lesquelles se trouvaient les aînés. 

La propriétaire de l'endroit, qui possède aussi d'autres résidences au Québec, n'aurait pas coopéré avec les autorités gouvernementales et aurait même caché des informations, lesquelles ont finalement été découvertes ce vendredi en soirée.

Une enquête policière a d'ailleurs été déclenchée, annonce Legault.

Le premier ministre a insisté sur le fait qu'il n'est « pas fier de voir ce qui se passe dans nos CHSLD » et que la situation à la résidence Herron est « épouvantable ».

« Je trouve que ce n'est pas acceptable, de la façon qu'on traite nos aînées au Québec », a indiqué le premier ministre.

Il a continué en mentionnant que « lorsque la crise sera sous contrôle, [il veut] qu'on revoit toutes nos façons de faire dans les résidences pour personnes âgées. »

Legault a aussi dévoilé le bilan quotidien par rapport à la COVID-19.

En date de ce samedi 11 avril, à 13 h 00, il y a maintenant 12 292 cas confirmés dans la province, ce qui représente une augmentation de 615 dans les dernières 24 heures. 

De plus, 49 nouveaux décès ont été constatés, portant le total à 289.

Toutefois, le PM s'est voulu plutôt positif par rapport aux hospitalisations, indiquant que de ce côté, « la situation est sous contrôle ».

Finalement, le premier ministre a voulu rassurer les parents québécois par rapport à un retour éventuel en classe.

Il a indiqué que les écoles ne rouvriraient pas tant que la santé publique ne donne pas son accord et qu'il n'est pas assuré que les enfants seront en sécurité. 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter