Si tu es toujours à la recherche d'un logement ou que tu comptais déménager prochainement, voici une nouvelle qui pourra peut-être t'enlever un peu de pression quant à l'idée de partir à la recherche de ton futur chez toi. Un communiqué a été publié suite à la sortie des résultats d'un sondage réalisé par la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) affirmant que la quantité de logements libres a augmenté ce mois-ci. 

Hans Brouillette, directeur des affaires publiques, a également avancé qu' « il y a des milliers de logements vacants présentement et d'autres seront disponibles sous peu ».

Avec l'approche des déménagements et la crise du logement qui se fait sentir depuis quelques années, il est certain que la situation économique amenée par l'arrivée de la pandémie au pays a des effets sur le domaine de l'habitation au Québec.

Suite au sondage réalisé auprès de 1 500 propriétaires, la CORPIQ constate que « le taux d'inoccupation des logements durant la deuxième semaine de juin a remonté de façon significative pour se situer à 1,6 % au Québec, comparativement à 1,0 % en mai ».

Selon la corporation, plusieurs explications peuvent se cacher derrière cette hausse de logements qui vont se libérer ou qui sont vacants en ce moment

Tout d'abord, ce fait peut s'expliquer par la résiliation de baux, alors que des étudiants n'auront pas à assister à leurs cours en se rendant sur place dans les prochaines semaines.

De plus, des professionnels se retrouvent présentement sans emploi. 

D'autres n'ont simplement « plus de touristes à qui sous-louer et des logements reviennent sur le marché résidentiel ».

De l'autre côté, certains locataires ont dû quitter en raison de paiements incomplets :

« Le taux de loyers impayés au Québec après la première semaine du mois de juin se situait à 5 %. Il s'agit d'une nette diminution comparativement aux sondages réalisés aussi après la première semaine en avril (14 %) et en mai (9 %). »

En ajoutant les appartements qui seront bientôt disponibles sur le marché à ceux qui sont actuellement vides, c'est environ 4,4 % des logements qui sont offerts

Ces répercussions causées, entre autres, par la crise, ont de fortes chances de persister dans le temps, et ce, à moyen ou long terme. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter