MISE À JOUR, 19 mars, 8 h 45 : Le gouvernement du Canada a finalement annoncé mercredi que les étudiants internationaux, les travailleurs sous visa et les travailleurs étrangers temporaires pourront entrer au Canada, à la condition de respecter la demande du gouvernement de s’isoler pendant 14 jours. 


Plus tôt cette semaine, le gouvernement fédéral a pris la décision de fermer les frontières au Canada dans le but de contrer la pandémie de la COVID-19. Cependant, ces barrières frontalières empêcheront par ricochet la venue de milliers de travailleurs étrangers temporaires. L'Union des producteurs agricoles du Québec (UPA) s'inquiète maintenant des répercussions sur leurs productions et sur la disponibilité des fruits et légumes pour les consommateurs.

En effet, se voyant bloquer l'accès comme tout autre voyageur, ces travailleurs brilleront par leur absence, qui se fera d'ailleurs sentir jusque dans ton assiette.

« La présence au Québec des quelque 16 000 travailleurs étrangers temporaires en provenance du Mexique, du Guatemala et d'autres pays est essentielle à la filière agroalimentaire québécoise », précise Marcel Groleau, président général de l'UPA.

Sans eux, les agriculteurs québécois devront dire adieu au bon déroulement de leurs activités maraîchères et fruitières cette année. Petites ou grandes, leurs propres industries en souffriront, mais aussi le portefeuille des consommateurs.

Cette situation potentielle impacterait le prix des fruits et légumes, tout comme les quantités disponibles. « À coup sûr, le prix des fruits et légumes va exploser. » indique d'ailleurs le communiqué de presse de l'UPA, paru ce mercredi 18 mars.

L'UPA se questionne aussi sur les dommages éventuels sur la santé des Québécois, car la nouvelle version du guide alimentaire canadien réserve toujours une place plus qu'importante aux fruits et légumes dans l'alimentation.

Si certains pensent que l'importation serait la solution, ils ont peut-être raison, mais cette façon de faire gonflerait tout autant, sinon plus, la facture au moment de passer à la caisse, explique l'UPA.

Le syndicat des agriculteurs sonne l'alarme en évoquant la « sécurité alimentaire » et demande aux gouvernements de faire exception et de permettre l'entrée des travailleurs étrangers, qui devaient arriver au pays sous peu.

Ces derniers pourraient se soumettre à un protocole sanitaire plus rigoureux afin de garder comme point de mire l'urgence de contrôler la pandémie.

Pour l'instant, le gouvernement du Canada n'a rien annoncé à ce propos.

VIDÉO POPULAIRE L'influenceuse québécoise Cath Bastien est coincée au Maroc et demande l'aide (VIDÉO)

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter