Il y a plus d'un mois, une petite fille de 7 ans de Granby a été tuée dans des circonstances qui ont mis tout le Québec en émoi. La fillette a été retrouvée ligotée à l'intérieur de sa maison familiale, sous-alimentée et elle est décédée après plusieurs heures à l'hôpital. 

Sa belle-mère et son père ont tous deux été accusés dans ce dossier. Des accusations de séquestration ont été portées contre l'homme de 30 ans, tandis que sa conjointe de 35 ans fait face à des accusations de séquestration et de voies de fait graves.

À présent, on apprend que la belle-mère de la fillette voudrait être remise en liberté en attendant la suite des procédures judiciaires, tout comme son coaccusé, le père de la petite.

Il a fait la même demande il y a plus d'une dizaine de jours et leur audience à tous les deux pour leur remise en liberté se tiendra ce jeudi au palais de justice de Granby. Cependant, la représente de la poursuite, Me Laurence Bélanger, ne veut pas savoir ce couple en liberté, selon La Voix de l'Est.

La mort de la fillette, qualifiée par certains d'« Aurore l'enfant martyre », a grandement touché le Québec et les gens se sont interrogés sur la gestion du Directeur de la Protection de la Jeunesse (DPJ) dans ce dossier.

Elle était suivie par la DPJ, mais selon le rapport sur son bulletin scolaire, elle aurait raté plus du quart des jours de classe avant sa mort. Ce rapport a été produit à l'hiver 2019 par la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, qui gérait l’école de la fillette, selon TVA.

Selon un jugement du 30 mai 2018 de la Chambre de la jeunesse indiquant une « négligence au plan éducatif, d'abus physiques et de mauvais traitements psychologiques », la petite fille est restée au domicile familial avec son frère, son père et sa belle-mère, selon La Presse.

La petite fille aurait subi beaucoup d'autres sévices et ce, même pendant que sa mère biologique de 17 ans la portait. L'enfant a été portée en terre le 9 mai dernier.

On rappelle que la semaine dernière, lors de l'audience de l'enquête sur remise en liberté, la cause a dû être reportée, car la Couronne devait attendre le résultat et l'analyse du rapport d'autopsie qui n'était pas encore prêt. Ce rapport pourrait entraîner d'autres accusations pour les suspects soit de négligence causant la mort ou bien homicide involontaire coupable.

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter