Le premier ministre François Legault a mis de côté la pandémie ce jeudi matin 30 avril. Le temps d'une publication Instagram et Facebook, il souligne le triste anniversaire de la mort de la fillette de Granby. Cet événement a secoué toute la province alors que son décès découlait de la maltraitance qu'elle subissait à la maison. 

Dur d'oublier ce drame impliquant une jeune enfant de sept ans. Appelé à intervenir, le Service de police de Granby s'était rendu à la résidence familiale. La fillette, grièvement blessée, avait d'abord été hospitalisée, puis elle a succombé à ses blessures dans les heures qui ont suivi.

Via ses réseaux sociaux ce matin, François Legault a voulu rendre hommage à cette jeune fille et réitérer son désir de faire bouger les choses.

« Ça fait déjà un an que tout le Québec a été bouleversé par la mort tragique de la petite fille de Granby. On s’est promis qu’il y aurait un avant et un après. Et avec la commission présidée par Régine Laurent, on s’est donné les moyens de regarder la réalité en face et de faire des changements pour mieux protéger nos jeunes. On doit ça à la petite fille de Granby », a-t-il écrit. 

À la suite du drame, gouvernements et citoyens se sont demandé comment une telle chose a pu arriver et pourquoi la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) n'a pas pu éviter cette situation dramatique.

Rapidement, le chef de la CAQ et le ministre de la Santé et des Services sociaux de l'époque, Lionel Carmant, ont mis sur pied une commission d'enquête chapeautée par Régine Laurent.

Mais qu'advient-il de cette Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse? Après plusieurs mois de nombreuses audiences, toutes les rencontres prévues en mars, avril et mai ont été annulées à cause de la pandémie.

Les audiences de la commission se poursuivront après la pandémie, le dépôt du rapport étant attendu le 30 novembre 2020.

Parmi ses premières recommandations dévoilées en décembre dernier, la commissaire demandait au gouvernement d'augmenter les budgets des services aux familles.

Son souhait semble avoir été exaucé, car le budget 2020-2021, déposé il y a quelques semaines, comprend 450 M$ pour « améliorer la protection de la jeunesse ».

Du côté des présumés coupables, le père et la belle-mère de la fillette, rapidement interrogés par les policiers après les faits, ont été accusés respectivement de séquestration et de voies de faits graves sur l'enfant. 

En date d'aujourd'hui, ils demeurent tous deux en attente de procès.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter