Attention, nous désirons vous avertir que cet article contient du contenu graphique qui pourrait choquer certains lecteurs.

 

L'affaire de Guy Turcotte a certainement marqué le Québec dans les 10 dernières années. En février 2009, les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus à Piedmont, dans la maison de Guy Turcotte où ils ont retrouvé les deux jeunes enfants victimes de meurtre. Le reste de l'histoire, on la connaît et c'est maintenant un dossier clos pour le public, mais cette affaire en a marqué plusieurs. On apprend d'ailleurs que le policier, qui a fait la découverte des corps et qui a passé les menottes à Turcotte, Patrick Bigras, s'est enlevé la vie il y a quelques jours. 

Patrick Bigras, 45 ans, a été retrouvé mort chez lui à Mirabel vendredi soir dernier. Selon les informations du Journal de Montréal, le policier était en congé de maladie depuis peu pour des raisons personnelles.

D'après La Presse, l'officier Bigras avait subi un stress post-traumatique suite aux événements de 2009 alors qu'il a été l'un des premiers sur les lieux de la scène de crime.

Lors du procès de Guy Turcotte, Patrick Bigras avait affirmé en témoignage qu'il n'avait jamais vécu quelque chose d'aussi traumatisant que cette intervention où il avait découvert les enfants de 3 et 5 ans poignardés à mort. 

Suite à cette nouvelle, la SQ et toute la communauté policière sont en deuil. Le président de l'Association des policières et policiers du Québec, Pierre Veilleux, ainsi que plusieurs autres corps policiers ont partagé des publications sur Twitter souhaitant leurs condoléances aux proches de Patrick Bigras.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault a aussi commenté cette tragédie, comme elle en témoigne:

Isabelle Gaston, la mère des deux petites victimes, a aussi commenté cette nouvelle dans une publication sur Facebook.

« J’ai de la peine, mon cœur palpite et à nouveau je suis sous le choc. [...] Il a été le premier à voir l’horreur sans avoir été préparé pour « ça ». On a beau être formé et entraîné à affronter la souffrance et les drames, nulle préparation aussi solide qu’elle soit ne nous à immunisé à faire face à ce qu’il a vu en cette journée du 21 février 2009 dans cette petite maison de Piedmont. [...] La mort de l’agent Bigras démontre tristement qu'une autre victime collatérale perd la vie par les gestes insensés de Guy Turcotte. » a écrit l'ex femme de Guy Turcotte.

À présent, une enquête du coroner devrait permettre d'élucider les circonstances exactes du décès de Patrick Bigras. 

On rappelle à toute personne souffrant du mal de vivre ou connaissant une personne en détresse que plusieurs ressources existent, comme l’Association québécoise de prévention du suicide disponible 24/24 7 jours semaine au 1 866 APPELLE (277-3553).

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter