Le Canada a de nombreuses portes d'entrées pour qui veut faire du traffic illégal. Et la drogue entre au Canada par ses nombreux ports et aéroports. La consommation de cocaïne au Québec est en hausse et la demande a doublé dans les dernières années. En effet, il y aurait deux fois plus de consommateurs de cocaïne qu'en 2015 dans la province. 

La demande serait en hausse, selon ce que dit le Service canadien de renseignements criminels (SCRC) dans un rapport obtenu par TVA. En 2015, il y avait 353 000 consommateurs de cette drogue, contre 730 000 en 2017.

Cependant, malgré l'augmentation de la demande, le prix de la drogue n'augmente pas. Il serait stable depuis une vingtaine d'années, avoisinant les 100$ le gramme sur le marché de la rue.

Il y aurait 99 groupes qui importeraient de la cocaïne au Canada, dont 29 seulement au Québec, 34 en Ontario et 28 en Colombie-Britannique. C'est dans ces provinces que se trouvent le plus de population et les villes portuaires seraient visées. Selon les informations obtenues par TVA, la drogue serait importée au Québec par les Hells Angels ou ses associés, la mafia italienne ou encore par des groupes d'origine libanaise, grecque et irlandaise.

Et la drogue proviendrait des « cartels mexicains, ainsi que [de] plusieurs groupes du crime organisé colombien, [et ils seraient] les principales sources de la cocaïne consommée au Canada » mentionne le SCRC dans leur rapport.

Environ 75% des GCO sont impliqués dans le marché de la cocaïne, et c'est leur marché le plus lucratif. Il génère annuellement plus de deux milliards de dollars. « On s'attend à ce que la tendance se poursuive : une demande nationale et internationale croissante garantit des profits continus pour les GCO », mentionne le Service canadien des renseignements criminels (SCRC).

Les marchés les plus dangereux au Canada seraient ceux de la méthamphétamine, du fentanyl et de ses substances analogues ainsi que de la cocaïne. Ils « représentent une menace élevée en raison de leur portée, des dommages importants qu'ils peuvent causer et de l'implication grandissante des groupes du crime organisé au Canada », explique le SCRC sur son site.

 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter