La situation se stabilise dans différentes régions du Québec, leur permettant de réactiver la machine et de rouvrir leurs différents commerces depuis cette semaine... sauf dans le Grand Montréal. Le premier ministre Legault a annoncé ce jeudi que la réouverture des commerces et des écoles est une fois de plus repoussée d’une semaine.

C’est en compagnie du directeur de la santé publique, Dr Horacio Arruda, et du président du Conseil du trésor, Christian Dubé, que le premier ministre François Legault a fait l’annonce, lors de son point de presse quotidien sur les développements en lien avec la COVID-19.

Ainsi, l’ouverture des commerces, des écoles et des services de garde, initialement prévue le 11 mai, puis le 19, est donc repoussée au 25 mai dans la Communauté métropolitaine de Montréal, « si la situation s’améliore d’ici là », a dit M. Legault.

Dans le réseau de la santé, ce sont maintenant 11 600 employés qui sont absents, a indiqué M. Legault.

C’est entre autres ce manque de personnel qui a poussé François Legault et le Dr Horacio Arruda à reporter la réouverture dans le Grand Montréal.

Un autre facteur a été pris en compte, soit le contrôle de la transmission communautaire du virus qui, jusqu’à présent, n’était pas encore satisfaisant dans la métropole.

Dans le reste du Québec, certains commerces ont pu rouvrir leurs portes depuis le 4 mai. Dans les prochaines semaines, plusieurs autres secteurs pourront redémarrer lentement, mais sûrement. 

La présence du président du Conseil du Trésor n’était pas un hasard. Christian Dubé a annoncé la mise en place d’une nouvelle prime salariale de 1 000 $ pour inciter les travailleurs de la santé à revenir au travail en temps de crise.

Cette prime s’additionnera à celles déjà annoncées en avril dernier, soit de 4 $ l’heure pour les préposés dans le secteur privé, et de 4 % à 8 % pour les employés du secteur public.    

Cette nouvelle bonification s’adresse aux personnes qui sont au front dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), dans les résidences privées pour ainés et dans les hôpitaux qui ont tous au moins un cas de COVID-19 entre leurs murs. 

Des critères sont toutefois imposés. Ces travailleurs essentiels doivent travailler pendant au moins un mois auprès de victimes de la COVID-19, et ce, à temps plein.

Une autre prime de 2 000 $ s'ajoute aux autres bonifications. Elle sera offerte aux travailleurs et travailleuses qui accepteront de transférer de région. 

Selon M. Dubé, ces primes coûteront 70 M$ par mois au gouvernement.

Le Québec compte dorénavant 2 631 morts depuis le début de la pandémie et 35 238 personnes infectées. En revanche, ce sont plus de 8 600 de ces personnes qui sont maintenant guéries. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications