Alors que le Québec est en mode déconfinement depuis ce lundi dans les régions à l’extérieur de Montréal, voilà que les commerces montréalais devront s’armer de patience. Initialement prévue pour le 11 mai, la réouverture aura plutôt lieu le 18 mai. C’est ce qu’a annoncé le premier ministre François Legault, ce lundi, lors de la mise à jour quotidienne sur les derniers développements de la COVID-19.

La semaine dernière était la semaine des grands dévoilements des divers plans de déconfinement pour l’entièreté de la province, comprenant la réouverture des commerces, des régions et des écoles primaires.

Selon ce plan, le Grand Montréal devait reprendre graduellement ses activités une semaine après les autres régions du Québec, soit le 11 mai.

Or, maintenant au huitième lundi de confinement, la région métropolitaine devra attendre une semaine de plus avant de rouvrir ses commerces ayant pignon sur rue, puisque la situation semble encore grave, confirme M. Legault.

Le premier ministre en est venu à cette conclusion, car « on a très peu de marge de manœuvre à Montréal », notamment dans les hôpitaux de la métropole.

Sur les 7 000 lits libérés dans les hôpitaux québécois en prévision de la pandémie, la majorité des 1 772 hospitalisations se trouvent dans la région de Montréal.

Concernant l’extérieur de la région de Montréal, le calendrier de déconfinement présenté la semaine dernière par le gouvernement demeure le même.

« Techniquement, si la situation reste bonne et sous contrôle dans le reste du Québec, donc à l'extérieur du Grand Montréal, lundi prochain, le 11, on devrait être capables d'ouvrir les écoles et les garderies à l'extérieur du Grand Montréal », confirme le premier ministre. 

Il avoue, par contre, que cette première journée de retour sur les bancs d’école ne sera pas parfaite. « Je compte sur la débrouillardise des Québécois pour s'ajuster, pour être capables que cette rentrée se passe le mieux possible. »

M. Legault a aussi abordé l'inquiétude que les enseignants ont témoigné face à cette « rentrée » scolaire, souhaitant notamment porter un masque ou couvre-visage.

« La santé publique ne pense pas que c’est nécessaire, mais ça ne peut pas nuire. On va permettre aux enseignants de porter un couvre-visage », a-t-il précisé pour les rassurer.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications