Dans le contexte actuel de la COVID-19, où plusieurs vivent dans l'insécurité financière, le gouvernement du Québec a tenu à rassurer les travailleurs et a confirmé l'augmentation du salaire minimum prévue au mois de mai.

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a affirmé dans un communiqué de presse ce mercredi 15 avril que la hausse du salaire minimum allait bel et bien de l'avant, comme annoncé en décembre 2019, et ce, malgré la crise économique causée pas la pandémie.

Dès le 1er mai prochain, le taux horaire passera donc de 12,50 $ à 13,10 $. C'est donc une hausse de 60 cents, une des plus importantes des dernières années dans la province.

Le salaire minimum des employés payés au pourboire passe quant à lui à 10,45 $ de l'heure, ce qui représente une augmentation un peu moins importante de 40 cents de l'heure.

Le ministre Boulet a souligné l'importance de la hausse pour les employés au salaire de base, qui sont nombreux à travailler dans des services essentiels durant la crise actuelle.

« Il s'agit d'un geste concret permettant de favoriser la reprise économique du Québec », a-t-il indiqué.

« En plus d'assurer une rémunération équitable aux salariés concernés, nous augmentons leur pouvoir d'achat sans nuire à l'emploi et à la compétitivité des entreprises québécoises. Un geste qui témoigne de toute notre gratitude et de toute notre reconnaissance à leur égard. »

D'après le gouvernement, cette hausse bénéficiera à 409 100 Québécois. De ce nombre, plus de la moitié sont des femmes.

Afin de soutenir les personnes travaillant dans les services essentiels, Québec a aussi mis en place une aide financière.

Le Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels offrira 100 $ par semaine aux salariés à petit revenu pendant la crise.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter