Si tu ne connais pas le Journal de Mourréal, c'est un média qui parodie l'actualité avec de fausses nouvelles. Il a pas mal fait jaser depuis quelques temps, alors que Québécor a lancé une poursuite contre ce journal satirique.  Après des années de procédures judiciaires, la cour a statué que le nom « Journal de Mourréal » ressemblait trop au « Journal de Montréal », ce qui pourrait créer de la confusion chez certains lecteurs.

Une décision de la cour a aujourd'hui été rendue pour que « Le Journal de Mourréal » ne puisse plus utiliser ce nom, ni aucun logo associé au Journal de Montréal. Comme le mentionne TVA Nouvelles, le Journal de Montréal est une marque protégée et ne devrait pas être réutilisée.

Le nom du faux journal qui ressemble beaucoup trop à celui du journal connu contrevient à la loi sur les marques de commerce, selon le jugement de la juge Micheline Perreault.

Le vice-président, contenu numérique, de QuébécorMédia, Mathieu Turbide, souhaite que les médias trouvent leur place dans l'ère numérique. « À l’ère des fausses nouvelles, beaucoup se font passer pour des vrais médias, avait-il dit. Le nom [d’un média] devient très important », explique-t-il, selon TVA.

Avec des titres cinglants tels que « Hôtel de ville de Montréal: Le crucifix remplacé par un cône orange », le journal satirique s'attire beaucoup de lecteurs depuis qu'il a été fondé en 2012. 

Le combat juridique entre Québécor et le Journal de Mourréal dure depuis environ trois ans avec ses hauts et ses bas. Même l'humoriste Mike Ward s'était engagé à défendre le site en 2016.

Selon Radio-Canada, les fondateurs du Journal de Mourréal, Olivier Legault et Janick Murray-Hall, ont l'intention d'amener leur cause en appel et se disent même prêts à se rendre en Cour Suprême pour défendre leur média. 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter