Depuis bien avant la COVID-19 que les Québécois et leurs politiciens parlent de l'engorgement des urgences de la province. Même si les soins de santé sont universels, plusieurs patients, irrités par les longues heures d'attente, quittent les urgences avant même de recevoir des soins. L'Institut économique de Montréal (IEDM) a étudié la question et dévoile en ce 22 avril 2020 son Palmarès du débordement des urgences du Québec.

Dans un communiqué de presse, l'IEDM explique sa méthode scientifique. L'étude se base sur des données publiques, accessibles à tous et recueillies avant l'épisode de la COVID-19. 

Même si aucun hôpital ne peut se targuer de soigner tous ceux qui se présentent à son urgence, certains établissements font meilleure figure.

Les grands centres, entre autres, semblent peiner à répondre à la demande et certaines régions s'en tirent plutôt bien, comme le Bas-Saint-Laurent.

« Aucune salle d'urgence n'arrive à répondre à la demande de soins. Par contre, certains hôpitaux voient moins de 5 % de leurs patients rebrousser chemin, tandis qu'à d'autres, c'est jusqu'à un patient sur quatre qui renonce à être soigné, notamment en Outaouais et dans les Laurentides », précise Patrick Déry, analyste senior associé à l'IEDM.

L'étude a mené à plusieurs tableaux, divisant les données de façons diverses et montrant chaque fois le portrait de 2020 puis l'évolution sur cinq ans. 

Ce portrait illustre que la situation s'est aggravée dans les dernières années dans la plupart des urgences. 

Dans l'ordre, Hull, Saint-Eustache, Gatineau, le CSSS d'Hématite et le CSSS de Minganie, Saint-Jérôme, Charles-Lemoyne, Anna-Laberge, Baie-Saint-Paul et le CLSC de Grande-Vallée, selon ce tableau, enregistrent de piètres performances.

En 2019-2020, plus de 15 % des patients de ces 10 établissements ont quitté les lieux avant d'être soignés.

Dans cette seconde partie du même tableau, on découvre les hôpitaux qui se classent le mieux dans ce palmarès de la santé.

Upload credit : Palmarès | IEDM

Dans les urgences du Pavillon Albert-Prévost, du CLSC de Murdochville, du Point de service de Témiscaming-et-de-Kipawa, de l'Institut de cardiologie de Montréal, du CLSC de Fortierville, du CLSC de Fort-Coulonge, de l'hôpital de Montmagny, de l'Hôtel-Dieu de Lévis, du CSSS de la Basse-Côte-Nord et du centre hospitalier Hôtel-Dieu d'Amos, beaucoup moins de patients sont repartis sans avoir vu un médecin.

À travers ses recherches et ses études, l'IEDM ne souhaite montrer personne du doigt, mais plutôt susciter « les débats et les réformes des politiques publiques ».

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter