La situation entourant la COVID-19 atteint la population en général et plusieurs entreprises, mais aussi les leaders mondiaux dans plusieurs secteurs, comme celui du pétrole. En effet, celui-ci est durement affecté présentement, si bien que le prix du baril de pétrole continue de dégringoler et de ce fait, le prix de l'essence à la pompe. Au Québec, ce dernier ressemble d'ailleurs aux prix du début des années 2000 en ce jeudi 26 mars 2020. 

Selon le site Essence Montréal, qui rassemble les prix les plus bas et les plus hauts de différentes régions de la province, le litre se vend 78,4 cents en moyenne au Québec.

De la même manière, le plus bas prix observé dans la région de Montréal est de 75,9 cents.

Il faut remonter à plusieurs années pour constater des prix aussi bas.

En effet, un petit tour sur le site de Statistique Canada permet de voir le prix mensuel moyen de l'essence selon les années et il faut remonter à janvier 2004 pour trouver un prix moyen aussi bas que celui de ce jeudi à Montréal ou à Québec.

Ailleurs au Canada, la situation est encore plus intense.

À Hamilton, en Ontario, selon les informations du site Gas Buddy, le litre est vendu aussi bas qu'à 55,0 cents.

À Ottawa, les prix sont similaires. Le litre peut être trouvé à 60,0 cents ou un peu moins.

Malgré tout, ce n'est pas vraiment le temps de te précipiter vers la station d'essence la plus près de chez toi, à moins que ce soit essentiel.

Le confinement demandé par le gouvernement du Québec risque de durer encore un bout de temps et, rappelons-le, c'est pour le bien de la collectivité.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter