La province est en plein déconfinement depuis les dernières semaines. Après avoir permis la reprise de certaines activités individuelles extérieures depuis mercredi et les rassemblements de moins de 10 personnes, voilà que ce sont les camps de jours qui pourront finalement rouvrir dès le 22 juin prochain. C’est ce qu’a annoncé François Legault, ce jeudi. 

Encore une fois, le premier ministre s’est déplacé à Montréal, épicentre de la pandémie de COVID-19 au Canada, pour faire le point sur les derniers développements.

Il a donc lancé un appel à tous les jeunes pour travailler dans les camps de jour. « On a un gros défi de moniteurs et monitrices », avoue M. Legault, rappelant que ce secteur a « un compétiteur », soit la Prestation canadienne d’urgence.

La reprise aura lieu dans toutes les régions du Québec, incluant la grande région de Montréal.

« On va avoir besoin de plus de moniteurs et monitrices pour aller travailler avec les enfants. Donc je fais appel à tous les ados, les jeunes adultes qui auraient le goût de vivre une belle expérience et travailler tout l'été avec des jeunes. » 

Le premier ministre Legault rappelle que les enfants ont « besoin de bouger » et « ça nous prend des moniteurs et monitrices. »

Ainsi, les divers camps de jours du Québec seront donc à la recherche de plusieurs moniteurs et monitrices, puisque le ratio d'enfants par groupe se verra être coupé drastiquement.

Un maximum de 10 enfants sera sous la responsabilité d’un moniteur. Pour les groupes formés des tout-petits, le ratio sera encore plus petit.

Voici lesdits ratios par tranches d'âge

  • Un moniteur pour 4 enfants âgés de 3 à 4 ans;

  • Un moniteur pour 5 enfants âgés de 5 à 6 ans;

  • Un moniteur pour 7 enfants âgés de 7 à 8 ans;

  • Un moniteur pour 10 enfants âgés de 9 à 11 ans;

  • Un moniteur pour 10 enfants âgés de 12 à 14 ans et

  • Un moniteur pour 10 enfants âgés de 15 à 17 ans.

« Le principe, c’est de s’assurer qu’il y ait moins d’enfants par petit groupe, d’où l’importance d’avoir plus de moniteurs », précise le directeur de la Santé publique, Horacio Arruda.

Horacio Arruda le dit; la reprise des camps de jour n'est pas synonyme de « catastrophe », même s'il y précise qu'il y aura probablement des cas positifs. Il avoue, par contre que « ça fait partie de la reprise de la vie. »

Comme toute autre reprise prévue, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) publiera un guide afin de faire respecter les mesures sanitaires toujours en vigueur.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications