Plusieurs choses se sont passées dans les dernières semaines, avec la venue de la crise sanitaire de COVID-19, comme la course au papier de toilette ou les files d'attente à la SAQ. Mais s'il y a bien une chose dont les Québécois se rappelleront après cette pandémie, c'est bien du directeur de la Santé publique du Québec, le père de la nation, le docteur Horacio Arruda.

Le bon docteur était un pur inconnu en janvier dernier, jusqu’à l’arrivée imminente de la COVID-19 au Québec et qu'il lâche un juron en pleine conférence de presse. Dès lors, le ton était mis. 

Il est l'un des personnages du feuilleton quotidien Legault-Arruda-McCann et est sans doute le préféré de la population. En d'autres termes, c'est le chouchou du Québec.

Depuis, il a su faire sa marque auprès de la population, avec son ton coloré qui sait rassurer et sa facilité à communiquer. Il peut en dire, parfois, des choses cocasses et loufoques, mais le message passe.  

Maintenant vedette du Web, il y en a plusieurs qui se sont mis à faire des mèmes avec lui et ce qu'il dit. Voici 13 citations à retenir [jusqu'à maintenant!] du Dr Arruda.

« La peur fait faire des affaires qui n’ont pas de crisse de bon sens, mais c’est humain. Je ne peux pas dire que les gens sont fous, ils sont juste normaux. C’est la peur qui fait ça. La peur, c’est une épidémie. »

Il s'agit de l'une des premières sorties du Dr Arruda, lors une conférence de presse le 30 janvier 2020. La crise s'installait lentement, mais sûrement dans la province. Il critiquait, entre autres, le racisme de certaines personnes envers la communauté asiatique.

« Monsieur le ministre... Ah, je vais finir à Infoman avec ça! »

Petit lapsus de la part d'Horacio, alors qu'il s'adresse au premier ministre François Legault. C'était lors de sa première conférence de presse en sa compagnie, le 12 mars dernier.

« Ce n'est pas le moment de partager des produits biologiques, si vous voyez ce que je veux dire. » 

Oh! On voit ce que vous voulez dire! Le directeur de la Santé publique faisait référence aux adolescents, alors qu'il leur demandait, le 16 mars dernier, de s'abstenir de s'embrasser, de se partager des bouteilles de bière et d'organiser des fêtes dans leur sous-sol. 

« Moi, la musique est essentielle dans ma vie. Chaque jour j'ai une chanson-thème qui roule dans ma tête. »

Nous attendons toujours sa playlist...

« Si c'est la danse, dansez! Dansez en ligne sur Facetime... avec quelqu'un d'autre! »

Cette phrase-là en aura surpris plus d'un. Par contre, il est fort probable que plusieurs personnes ont essayé la danse en ligne... en ligne!

« Moi là, en fin de semaine, j'ai besoin de cuisiner, j'vais me faire des tartelettes portugaises. Je suis en train d'essayer des nouvelles recettes. »

On ne pouvait pas passer à côté des fameuses tartelettes d'Horacio. Cela a, depuis le 19 mars, enflammé le Web! 

« Moi je fais de la médecine populationnelle; rejoindre la population [c’est possible] à travers les merveilleux pigeons voyageurs que vous êtes. »

Les journalistes ont toujours été reconnus comme étant les chiens de garde de la démocratie. Voilà que le directeur national de la Santé publique leur rend hommage en leur donnant un petit surnom... différent.

« Même si ça triple, ça ne rentrera pas par vos fenêtres. »

L'image est forte et efficace. Le virus n'entrera pas par tes fenêtres!

« […] pour des raisons de confidentialité, on ne vous dira pas qui a infecté qui, à l'intérieur de qui... »

La plupart de ses interventions sont imagées et la population adore. Par contre, la fatigue peut embarquer et te faire dire des trucs du genre.

« Habituellement quand on s’assoit sur un banc public on ne le liche pas, on s’assoit dessus avec nos fesses [...]. »

Le 29 mars dernier, Dr Arruda expliquait aux citoyens, lors de la conférence de presse quotidienne, qu'ils ne devaient pas nécessairement s'inquiéter d'un banc de parc. 

« C’est compliqué les scénarios. Ça rime avec Horacio, mais si je pouvais m’en passer, je m’en passerais. »

Questionné sur les scénarios, le 6 avril dernier, Horacio Arruda était en pleine forme.

« La monogamie est préférable ces temps-ci. »

C'était en répondant au premier ministre qui disait à la blague qu'en temps de pandémie, qu'il était préférable de se limiter à un seul conjoint ou conjointe. 

« Ce n’est pas le temps, à Pâques, de faire un jambon aux ananas, puis d’inviter son beau-frère puis sa belle-sœur même si on pense qu’ils sont fiables. »

À la veille du congé pascal, le docteur Arruda a fait cette importante recommandation. Décidément, il aime la cuisine. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications