Depuis le début de la propagation, ce sont en vaste majorité les personnes âgées qui souffrent des complications de la maladie à coronavirus. Néanmoins, sur le site gouvernemental Santé Montréal, où tous les cas de COVID-19 à Montréal sont répertoriés régulièrement, on découvre que les 20-29 ans représentent la tranche d'âge la plus atteinte. Une constatation appuyée aujourd'hui par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il y a quelque temps, le premier ministre François Legault invitait les jeunes artistes locaux à conscientiser leurs fans, autant enfants, adolescents que jeunes adultes, à l'urgence de la situation.

Dre Mylène Drouin, directrice régionale de la santé publique de Montréal, a expliqué lors d'un point de presse diffusé ce mercredi 1er avril que « les jeunes doivent respecter encore plus les règles de distanciation parce qu’ils peuvent être des vecteurs de transmission importants dans la population. »

Alors, même s'ils ne présentent pas de symptômes, même s'ils s'en sortent plutôt bien en général et même s'ils n'en meurent donc pas, les jeunes sont nombreux à être atteints à Montréal.

D'ailleurs, Santé Montréal, qui suit la situation de près dans la métropole, a partagé des données révélant le nombre de cas par tranches d'âges. 

Mis à jour le 31 mars dernier, ce tableau montre en effet que la génération des 20-29 est la plus touchée, avec 380 cas confirmés.

Ils sont suivis de près par les 30-39 ans, parmi lesquels on compte 374 personnes malades.

Ce jeudi, l'OMS a d'ailleurs voulu préciser à nouveau, lors d'un point de presse en direct, qu'il est erroné de penser que seules les personnes âgées peuvent souffrir de la COVID-19.

« Les personnes de tous âges peuvent être infectées par le nouveau coronavirus. [...] L’OMS conseille aux personnes de tous âges de prendre des mesures pour se protéger du virus, par exemple en suivant une bonne hygiène des mains et une bonne hygiène respiratoire », peut-on lire sur le site Web de l'organisation.

En date du 1er avril 2020, la province comptait 4 611 cas au total. Environ la moitié des personnes touchées se trouvent dans la région métropolitaine, dépassant les 2 000 cas. C'est d'ailleurs cette région qui est la plus affectée, suivie de la Montérégie et de l'Estrie.

De passage à l'émission Tout le monde en parle dimanche soir, Dre Mylène Drouin voit cinq raisons principales à l'importance que la pandémie prend dans la métropole.

La densité de la population montréalaise; la semaine de relâche, qui a provoqué un afflux de touristes en période cruciale; le fait que la ville soit un pôle économique et que, par conséquent, beaucoup de voyageurs d'affaires y transitent; la proximité géographique de Montréal avec New York; et la taille des CHSLD montréalais, où les cas de COVID-19 pullulent.

Alors, profite donc de ce temps reclus pour avancer ta liste de livres à lire, commencer une nouvelle série et appeler tes amis qui vivent seuls!

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter