Une vingtaine de plaintes ont été portées au Service de Police de la Ville de Montréal contre l'ancien PDG de Juste Pour Rire, Gilbert Rozon. Toutefois, après un an d’enquête et après que le procureur de la couronne eu rencontré quatorze plaignantes, seulement deux accusations ont été retenues contre lui en décembre dernier pour des faits qui se seraient produits en 1979 à Saint-Sauveur.

Accusé de viol et d’attentat à la pudeur sur une plaignante, le magnat du rire a choisi que son procès se déroule devant juge et jury. Son dossier était de retour devant la cour aujourd'hui, mais Gilbert Rozon, lui, était absent du palais de justice de Montréal ce matin.

Son avocat a convenu de la date du 12 novembre avec le procureur de la Couronne, Me Ménard pour débuter l'enquête préliminaire. Cette enquête préliminaire devrait durer 5 heures.

À cette occasion, l’accusé et la plaignante se feront face, alors que Gilbert Rozon devra, cette fois-ci, se présenter devant le juge.

« Il y aura une déclaration vidéo de la plaignante qui sera présentée, et elle sera disponible pour contre-interrogatoire, si la défense a des questions à poser », a expliqué Me Ménard, selon Radio-Canada.

Rappelons que cette seule plainte avait été retenue contre lui, car malgré le fait que les femmes affirment s'être fait agresser ou harceler par l'homme de pouvoir Gilbert Rozon, le Directeur des poursuites criminelle et pénales (DPCP) affirme que pour émettre des accusations criminelles, la Couronne doit être en mesure de prouver hors de tout doute les allégations des victimes.

La femme qui a porté plainte, dont on ne connait pas l’identité, ne faisait pas partie du collectif les « Courageuses », qui poursuivent Rozon au civil pour 10 M$.

Gilbert Rozon a toujours nié ces accusations.

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter