Montréal est une ville vivante, excitante et qui regorge d'activités. Et même si les Montréalais ont bien des raisons de se plaindre, c'est une métropole où il fait bon vivre et qu'on adore. Cependant, on s'entend que ce n'est tout de même pas une cité de licornes, d'arc-en-ciel en Skittles et de nuages en barbe à papa et il est bien certain qu'avec la ville vient aussi la criminalité, qu'on essaie d'éviter. D'ailleurs, si tu cherches un endroit sécuritaire où vivre, cette carte interactive qui montre les quartiers les plus dangereux de Montréal va possiblement t'éclairer.

En effet, depuis 2015, le SPVM compile différentes données sur le site de la Ville de Montréal afin de proposer l'outil « Vue sur la sécurité publique ». Celui-ci permet à la population de visualiser clairement le type et le nombre de crimes répertoriés en fonction de la localisation. 

En gros, tu peux voir, par exemple, combien de crimes ont été rapportés dans ton secteur à l'aide de points bleus sur cette carte. 

Ainsi, on peut comprendre que plus il y a de points bleus, plus il y a eu d'activités criminelles dans ce coin-là. 

« Les événements sont regroupés en six catégories :

  • Introduction par effraction : introduction par effraction dans un établissement public ou une résidence privée, vol d’arme à feu dans une résidence

  • Vol dans ou sur un véhicule à moteur : vol du contenu d’un véhicule à moteur (voiture, camion, motocyclette, etc.) ou d’une pièce de véhicule (roue, parechoc, etc.)

  • Vol d’un véhicule à moteur : vol de voiture, camion, motocyclette, motoneige tracteur avec ou sans remorque, véhicule de construction ou de ferme, tout-terrain

  • Méfait : Graffiti et dommage de biens religieux, de véhicule ou dommage général et tous autres types de méfaits

  • Vol qualifié : Vol accompagné de violence de commerce, institution financière, personne, sac à main, véhicule blindé, véhicule, arme à feu, et tous autres types de vols qualifiés

  • Infraction entraînant la mort : Meurtre au premier degré, meurtre au deuxième degré, homicide involontaire, infanticide, négligence criminelle, et tous autres types d’infractions entraînant la mort »

La Ville rappelle que « les données sont divulguées telles que rapportées au SPVM ». Ainsi, il se peut que le statut d'un incident change en cours d'enquête. 

Ça reste tout de même un bon indicateur de ce qui se déroule près de chez soi. 

Par exemple, on remarque sur le Mont-Royal que le point bleu situé à l'intersection de l'avenue des Pins et Cedar a une superficie assez grande. 

À cet endroit, neuf introductions, 31 méfaits, 169 vols dans/sur un véhicule à moteur, quatre vols de véhicule à moteur et deux vols qualifiés ont été répertoriés dans les dernières années. 

Sans prétendre à une analyse scientifique, on peut quand même observer sur cette carte les quartiers où le plus d'événements ont été rapportés. 

Si on se fie à la concentration de points bleu plus dense, on pourrait en conclure que le centre-ville de Montréal a un taux de criminalité plus élevé, en comparaison avec les arrondissements aux extrémités est et ouest de l'île.

Bien entendu, la densité, le profilage et la gentrification des quartiers sont quelques-uns des éléments qui peuvent influencer ses données. 

Une chose est sûre, c'est que cette carte peut être très utile et fascinante pour les plus curieux. 

Pour la consulter, c'est ici.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications