En cette période de grippe et de virus, il est difficile de s’y retrouver : est-ce que je vais à la clinique du coin, directement à l’hôpital ou j’attends que le temps passe sur mon sofa?  Plusieurs centres hospitaliers et urgences du grand Montréal sont sur-débordés de visiteurs malades et demandent même de les éviter. Les taux d’occupation des civières dépassent la capacité maximale d’accueil dans de nombreux hôpitaux sur l’île ainsi que sur la couronne nord et sur la Rive-Sud. 

Les données disponibles en ligne sur le portail Index santé démontrent que les taux d’occupation des urgences de la métropole sont dans le rouge.

Sur le territoire de la métropole, c’est l’Hôpital général de Montréal qui connaît pour le moment le plus fort taux d’occupation à 126 % de sa capacité. On comptait 39 civières occupées alors que la capacité maximale de l’établissement est de 31 civières.

Même chose au CHU Sainte-Justine, alors que le taux d’occupation a atteint les 125 %. Dans l’ensemble, ce sont 15 des établissements de santé montréalais qui se trouvent en situation d’achalandage élevé ou très élevé.

Pour couronner le tout, un bris de tuyau a eu lieu hier au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), contraignant la direction à demander à la population d’éviter son urgence.

Tout dépendant l’urgence à laquelle tu fais face, il faut évaluer la situation. 

Avant de te rendre à un hôpital et d’y attendre des heures, communique avec Info-Santé au 811 pour faire part de tes symptômes à l’infirmière au bout du fil. Ensuite vient le pharmacien de la pharmacie du coin. 

Si tu as un médecin de famille, c’est le temps d’en « profiter ». Sinon, va faire un tour à une clinique sans rendez-vous ou visite une clinique d’hiver.

Les cliniques d’hiver sont mises en place de décembre à mars dans diverses ressources du réseau de la santé et des services sociaux pour traiter les symptômes de grippe ou de gastro-entérite, tout autre problème de santé non urgent et pour obtenir de l’aide psychosociale.

Ces cliniques offrent des consultations médicales additionnelles en ajoutant des heures d’ouverture ou du personnel à leur horaire régulier, dont en soirée et les week-ends. 

À Montréal, il y en a pas moins que 26, et ce, aux quatre coins de l’île. Elles sont là pour répondre à la hausse des besoins de consultation de la population durant l’hiver, période de l’année propice à la circulation de certains virus. 


Il y a des histoires partout! Si tu as un scoop à partager, envoie-nous un message, une vidéo ou une photo à @Narcityquebec sur Instagram ou Facebook.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter