L'été 2020 risque d'être unique en son genre pour les Montréalais, qui ne pourront pas assister aux grands événements qui font vibrer la métropole chaque saison estivale. La Ville a donc établi un plan pour permettre aux citoyens de profiter de Montréal malgré les répercussions de la crise et on retrouve dans ce dernier une mesure d'exception qui permettra aux commerçants de Ville-Marie « d'exploiter à un coût symbolique un café-terrasse ou sans frais un placottoir sur le domaine public ».

C'est la mairesse, Valérie Plante, qui en a fait l'annonce ce vendredi 15 mai lors de sa conférence de presse.

C'est d'ailleurs lors de cette dernière qu'elle a dévoilé plus de 100 kilomètres de nouvelles voies aménagées pour les vélos qui vont relier les grands parcs de la métropole.

Afin de réduire la pression financière sur les épaules des commerçants de l'Arrondissement, celui-ci « suspend pour la saison estivale 2020 les frais d'occupation du domaine public ainsi que les frais de délivrance des permis de cafés-terrasses », indique la Ville dans un communiqué.

À titre informatif, un « café-terrasse est un aménagement en plein air rattaché à un établissement qui permet l’usage d’un restaurant ou d’un débit de boissons alcooliques. Il s’agit d’une location de l’espace public par un commerçant privé », peut-on lire sur le site de la ville.

Selon cette nouvelle mesure, il coûtera aussi peu que 50 $ aux commerçants pour les nouvelles demandes ou les renouvellements.

Ces frais serviront à couvrir les frais d'analyse des dossiers.

De plus, ceux qui veulent aménager un placottoir devant leur commerce pourront le faire sans frais.

Bien sûr, « le retour des cafés-terrasses et des placottoirs sur le domaine public se fera lorsque les autorités de santé publique le permettront », continue la Ville.

En plus de cette réduction de frais, la Ville permettra aussi à certains commerçants « l'aménagement de cafés-terrasses jusqu'à 50 % plus grands dans les rues piétonnes, sous certaines conditions ».

Il sera donc plus facile d'y maintenir une distanciation physique exemplaire.

« On doit se réinventer cet été », a avoué la mairesse Valérie Plante lors de son point de presse.

Cette dernière a également indiqué que la Ville veut être aidante envers ses commerçants.

En avril dernier, la Ville de Québec a annoncé le même genre de mesure pour ses établissements.

Devant payer environ 3000 $, en temps normal, pour aménager une terrasse, les commerçants de la Capitale-Nationale pourront le faire pour 50 $ cet été.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications