C'est plus de 10 000, selon les estimations non officielles rapportées par La Presse, qui se sont réunies ce dimanche 7 juin au centre-ville de Montréal pour la manifestation visant à dénoncer la brutalité policière. Un événement très populaire, malgré le fait qu'il y en avait eu un autre du genre une semaine plus tôt. 

Certains vandales ont profité des foules dans la métropole, une semaine plus tôt, pour faire du grabuge et voler des commerces, ce que les manifestants ont déploré. Ceux-ci étaient outrés que ces actes puissent ternir l'image de la manifestation. Toutefois, cette dernière s'est déroulée - et terminée - dans une ambiance plus calme.

Tous ont pu profiter du moment pour avoir une pensée sur la raison de ces événements, et plusieurs avaient préparé des affiches impressionnantes qui portent à réflexion. 

Les organisateurs avaient d'ailleurs prévenu les participants d'amener « masques , désinfectant à main , chandail blanc et votre bouteille d’eau. » 

C'est vers 10h que le tout a commencé à la Place Émilie-Gamelin, à proximité de la station Berri-UQAM du Métro de Montréal. 

Les citoyens étaient prêts à se faire entendre, et ce sont des centaines d'affiches qui étaient levées bien haut dans les airs.

Voici un aperçu de cette journée qui marquera l'histoire. 

 

Danni brandit une affiche inspirée de la citation « When you go black you never go back ». Toutefois, elle y donne une saveur très actuelle en s'adressant à la justice. Et si la justice faisait de même? 

La jeune femme raconte qu'elle célèbrait son premier anniversaire avec son amoureux sur la photo, Réginald Chaudry. 

Pour elle, ce n'est pas simplement soutenir le mouvement, ou même l'homme qu'elle aime, c'est aussi le monde qu'elle souhaite offrir à sa future famille : « Pour que mes futurs enfants aient les mêmes opportunités que moi et plus encore, nous devons tous prendre action aujourd’hui, demain et à chaque opportunité que nous avons. »

 

« Arrêtez de nous dire que les policiers ne sont pas tous mauvais. Commencez à leur dire que chaque homme noir n'est pas une menace! » (Traduction libre) 

L'affiche ci-haut combine une référence à la mort de George Floyd par l'officier Derek Chauvin, et le quart arrière de la NFL Colin Kaepernick le genou à terre pendant l'hymne national en 2016. 

« Voici pourquoi on met le genou par terre. » (Traduction libre) 

L'activiste qui se décrit comme une « grosse féministe pro-black, anti-raciste et body positive », Jessica Prudencio, partage le message « Être noir n'est pas un crime » (Traduction libre) avec ses photos sur Instagram.

Elle tient une affiche qui demande à tous d'aimer les vies noires autant qu'on aime la culture noire. 

« Reprogrammons le Québec. » (Traduction libre) 

Un autre affiche qui parle d'elle même : le visage de George Floyd.

« Ce n'est pas juste les États-Unis », brandit une manifestante pour faire comprendre que c'est un phénomène planétaire. 

La Manifestation contre la brutalité policière et le racisme du 7 juin était organisée par Nous sommes la ligue des noirs nouvelle générationBlack Rose AllianceFondation Busta JohnEBF Élegance Beauté FiertéAffirmation de la Femme Afro/ Afimasyon Fanm Afro, et EvoluJeunes 19-30 ans

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications