Les médecins et tout le personnel soignant sont aux premières loges de la crise sanitaire que traverse actuellement le monde entier. Et depuis la semaine dernière, au Québec, des finissants en médecine prêtent main-forte aux établissements de santé qui se retrouvent complètement débordés. Pour ces futurs médecins, le choix du lieu de leurs études supérieures demeure crucial dans leur formation. Le University Magazine vient tout juste de faire paraître le top 10 des meilleures écoles de médecine au Canada, et le Québec s'y classe en bonne position.

Le University Magazine, un média web destiné aux universitaires, se base sur le QS World University Rankings, qui chaque année établit le palmarès des meilleures universités dans le monde entier.

Plusieurs établissements américains se démarquent particulièrement, mais aussi certaines institutions britanniques et asiatiques, telles que l'université d'Oxford et l'université Nanyang Technological de Singapour.

Pour faire son entrée dans ce palmarès, l'un des plus populaires au monde pour comparer les établissements d'études supérieures, l'organisation prend en compte six critères.

Elle examine la réputation académique, la réputation de l'université en tant qu'employeur, la quantité de recherches citées par faculté, ainsi que le ratio du nombre de professeurs et d'étudiants, le ratio de professeurs internationaux et le ratio d'étudiants internationaux.

 

L'Université McGill et l'Université de Montréal arrivent respectivement en deuxième et en cinquième position, des rangs tout à fait enviables.

Le Québec comprend quatre écoles de médecine. McGill, deuxième du palmarès canadien, demande une cote R de 3.8 pour entrer et ses frais de scolarité s'élèvent à environ 27 000 $.

Pour ce qui est de l'Université de Montréal, cinquième de ce top 10, la cote R exigée est de 3.5 et les frais de scolarité sont de 22 400 $, approximativement.

La première place du palmarès est décernée à l'Université de Toronto, avec une cote R demandée de 3.8 et 25 000 $ de frais de scolarité. Non loin de chez nous, l'Université d'Ottawa arrive bonne huitième. 

En ce moment, que les médecins travaillent depuis un bureau, un laboratoire ou un hôpital, chercheurs et praticiens déploient efforts et connaissances pour le bien commun.

Et ils ont, peut-être plus que jamais, besoin de relève formée adéquatement et avec les plus hauts standards d'évaluation.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications