Dre Mylène Drouin, Directrice régionale de santé publique de Montréal, le président du CA de la STM Philippe Schnobb et Valérie Plante ont dévoilé, ce mardi 5 mai, la toute première unité mobile de dépistage à Montréal. Plusieurs internautes ont réagi positivement à cette annonce, mais certains ont dénoncé le fait qu'ils n'ont pas respecté les deux mètres de distance prévus pour assurer la distanciation physique. 

En début de semaine, la Ville de Montréal a dévoilé ce partenariat avec la STM. Des autobus sont prêtés et transformés en véritables cliniques sur roues, qui seront affectées dans divers quartiers de la ville, où l'éclosion de la COVID-19 est plus importante.

Rapidement, soit à peine 24 h plus tard suivant l'annonce, le premier autobus était aménagé et prêt à être présenté au public. 

Valérie Plante et ses collègues se sont donc présentés devant les médias pour en faire la découverte et a publié diverses photos sur Twitter, Facebook et Instagram. 

On y voit Mme Plante, Dre Drouin et M. Schnobb, côte à côte, devant ledit autobus à l'Hôtel-Dieu de Montréal. 

Ils portent tous des couvre-visages et la mairesse a même pris le temps d'en choisir un qui fit avec son manteau.

Même si ces derniers ont tous le visage couvert, plusieurs se sont insurgés et ont trouvé qu'ils ne montrent pas l'exemple.

La semaine dernière, lorsque Montréal a décidé de recommander officiellement le port du couvre-visage, les indications de Mylène Drouin étaient claires :

« Je tiens à le rappeler. Le couvre-visage, quand on le met, ça ne veut pas dire qu'on peut être en rassemblement. [Il] est une mesure supplémentaire lorsqu'il difficile de garder le deux mètres de distance. » 

Mme Plante et Mme Drouin ont rapidement réagi aux commentaires à cet égard, voulant s'expliquer. 

« La mairesse tâche toujours de respecter le 2 m, mais dans certains contextes, comme un point de presse, cela peut s'avérer difficile. Comme la mairesse l'a souvent mentionné, lorsque la distanciation n'est pas possible, il faut porter un couvre-visage, ce qu'elle a fait », a répondu Valérie sur Twitter.

Elle a fait de même via sa story Instagram.

« Quand on ne peut pas respecter le 2m, on prend l'habitude de porter un 😷», a-t-elle écrit.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter