On entend beaucoup parler de la Loi sur la laïcité au Québec ces temps-ci. Cette loi interdit les signes religieux chez les employés occupant certaines fonctions, tels les professeurs et les employés de la fonction publique. Alors que certains craignent pour leur emploi, une autre province canadienne tente maintenant de recruter les employés bilingues de la belle province. Le Manitoba ouvre ses portes aux Québécois qui auraient peur de la Loi sur la laïcité.

Malgré les recours juridiques contre ce projet de loi, la Cour supérieure a rejeté jeudi de suspendre la Loi sur la laïcité au Québec mise en place par le gouvernement de la CAQ en juin. Le juge Yergeau a estimé que le loi ne causait pas de préjudices justifiant sa suspension, selon Le Soleil.

À présent, la province du Manitoba cherche à recruter des gens bilingues au Québec et profite de l'occasion pour charmer les employés de la fonction publique. Son premier ministre, Brian Pallister, critique d'ailleurs le Québec pour cette loi sur les symboles religieux.

Le premier ministre de la province mentionne dans son entrevue avec CBC, dont des extraits ont été diffusés sur Twitter, que dans notre pays, ce que nous célébrons, c'est « notre tolérance et notre diversité ». En plus, il explique qu'il croit « que le Manitoba est l'une des provinces les plus multi-ethniques et multi-provinciales », a-t-il ajouté. Il n'y aurait pas de « police du vêtement » dans sa province, comme ce serait le cas chez nous.

Certains le critique toutefois sur Twitter, à la veille des élections de septembre dans sa province, de vouloir s'immiscer dans les affaires des autres.

Les enseignants seront tout particulièrement visés par la province du Manitoba, et plusieurs associations professionnelles pourraient recevoir des lettres sous peu.

 

 
Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications