Au Québec, l'épidémie de COVID-19 a évolué rapidement tout au long du mois de mars, et entre mesures de confinement et fermeture des services non essentiels, plusieurs ont perdu leur source de revenus. L'inquiétude s'est fait sentir ces dernières semaines chez les locataires, et le gouvernement a rappelé les mesures en place pour le paiement du loyer d'avril.

Dans un communiqué de presse diffusé le 31 mars, la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, a rappelé que plusieurs mesures sont en place pour pallier la situation difficile.

Alors que le mois d'avril vient de commencer, le stress est d'autant plus grand pour les locataires qui attendent l'aide financière du gouvernement fédéral, qui n'arrivera pas avant plusieurs jours.

La ministre demande donc aux propriétaires de faire preuve de compréhension envers leurs locataires en difficulté financière, quitte à convenir de modalités particulières pour le paiement du loyer d'avril.

Le premier ministre François Legault avait déjà invité les propriétaires à attendre quelques jours pour collecter le loyer.

Andrée Laforest rappelle que dans tous les cas, la Régie du logement a suspendu toutes ses audiences et décisions non urgentes, rendant toute éviction, expulsion ou reprise de logement impossible jusqu'à nouvel ordre.

Le gouvernement indique aussi qu'il est toujours possible de contester une augmentation de loyer.

Pour certains groupes, ces mesures demeurent insuffisantes face à la crise actuelle.

Le parti d'opposition Québec solidaire a demandé le vote d'un décret d'urgence pour obtenir un délai de grâce sur le paiement des loyers et des hypothèques.

Des groupes de défense des droits des locataires comme le FRAPRU réclament quant à eux du gouvernement une aide d'urgence aux locataires à faible revenu.

Une annulation des loyers d'avril est aussi demandée par certains, dont la RCLALQ.

Une pétition circule par ailleurs pour demander un moratoire à Québec sur le paiement des loyers pour la durée de la crise de COVID-19. Au moment d'écrire ces lignes, elle a déjà récolté plus de 8 800 signatures.

Une autre pétition pancanadienne demandant l'annulation des loyers et des paiements d'hypothèque a quant à elle déjà été signée par plus de 763 000 personnes.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter