Responsable de 40 % des cas de COVID-19 confirmés sur la Côte-Nord selon La Presse, l’éclosion en cours au pénitencier de Port-Cartier inquiète de nombreux détenus ainsi que leur entourage. D'ailleurs, en réponse aux derniers événements, la mère de Luka Magnotta demande sa libération, affirmant qu'elle est « morte de peur à l'idée qu'il attrape le nouveau coronavirus et meure derrière les barreaux », rapporte TMZ.

Selon la mère du dépeceur de Montréal, Anna Yourkin, le fait qu'il y reste est « l'équivalent d'une condamnation à mort » et elle plaide donc actuellement pour sa libération anticipée. 

Rappelons que l'homme avait été condamné à la prison à perpétuité en 2014, après avoir été reconnu coupable de meurtre avec préméditation et de tous les autres chefs d'accusation qui pesaient sur lui.

Malgré que sa mère soit convaincue que son fils est réhabilité et prêt à retourner dans la société, celle-ci devra encore patienter un peu avant de pouvoir possiblement le serrer dans ses bras.

Le Service correctionnel du Canada (SCC) affirme que personne ne sera libéré prématurément et que la situation est présentement sous contrôle au Pénitencier de Port-Cartier, selon le média Ma Côte-Nord

Le SCC a également affirmé : « M. Magnotta n'est admissible, en vertu de la loi, à aucune forme de libération conditionnelle », selon ce que rapporte TMZ

D'ailleurs, le médecin spécialiste de la Santé publique de la Côte-Nord, Dr Richard Fachehoun, confirme qu'il n’y a pas eu de nouveau cas depuis plus de deux semaines et que tous sont guéris.

En décembre dernier, la série documentaire Don't F**k with Cats : un tueur trop viral est apparue sur Netflix, racontant l'histoire et les dessous de l'enquête concernant le cas du tueur de Lin Jun.

On pouvait entre autres y apercevoir Anna Yourkin, où cette dernière insistait sur le fait que son fils était potentiellement innocent et que les gens ne regardaient pas dans la bonne direction. 

« Si vous voulez vraiment jouer aux enquêteurs, cherchez plus loin. Parce que là, vous ne tenez pas la bonne personne. Le responsable, c'est quelqu'un d'autre. » (épisode 3, 3 minutes) 

« Ce n'est pas sur Luka qu'il faut enquêter, c'est sur la personne qui tire les ficelles. » (épisode 3, 15 minutes)

Selon Le Devoir, Magnotta n’a pas témoigné au cours de son procès et a refusé de se prononcer avant l'annonce de sa peine. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications