Le père d’Alexandre Bissonnette, le tireur de la mosquée de Québec, a peur pour la vie de sa famille. Selon un reportage de CBC, Raymond Bissonnette a récemment écrit une lettre à Trudeau dans laquelle il prétend que coller l’étiquette de terroriste à son fils augmente le risque de mettre sa famille en danger.

« Je n’ai pas oublié que vers le 12 avril 2017, […] une personne a pris l’avion de Londres pour le Québec avec l’intention de venger l’attaque dite « terroriste » à la mosquée. Cette personne cherchait […] où habitait sa famille et avait de la difficulté à comprendre pourquoi personne n’avait « vengé » les victimes », écrit-il dans sa lettre révélée par le Bureau d’enquête de TVA.

Raymond Bissonnette a répété que « le crime commis est un des actes les plus terribles ». Mais Bissonnette père mentionne que le terme terroriste ne peut pas s’appliquer à son fils, car il n’était adepte d’aucune idéologie particulière.

Il écrit aussi dans sa lettre : « Je ne suis pas un expert, cependant il m’apparait évident que de qualifier une personne ou un crime de
«terroriste» ajoute une dimension sociale et politique qui peut s’avérer lourde de conséquences. On comprends bien pourquoi les chefs d’état sont très prudents et attendent les résultats des enquêtes avant de
qualifier un tel acte.»

Il est vrai que le tireur n’a jamais été accusé d’aucun acte terroriste, mais bien de meurtre. Pourtant, le premier ministre l’a souvent qualifié ainsi, lui et ses actions, en tant que tel. Mais Justin Trudeau n’est pas le seul à parler du tireur de cette façon. La ministre des affaires étrangères, Chrystia Freeland, aurait également appelé le tireur un terroriste pendant un débat sur le terrorisme aux Nations Unies en mars, d'après CBC.

Dans le dictionnaire, la définition du terme terroriste se lit ainsi : « Membre d’une organisation politique qui use du terrorisme comme moyen d’action ». Mais au vu de la déclaration de Bissonnette, les Canadiens débattent à savoir si le tireur de la mosquée est vraiment, ou non, un terroriste.

Sur les réseaux sociaux l'opinion des gens se tourne plutôt vers celle de Justin Trudeau alors que plusieurs ne sont pas d'accord avec la demande de Raymond Bissonnette.

Le tireur est incarcéré à vie sans possibilité de libération avant 40 ans après avoir tué six personnes et blessé six autres pendant une fusillade sanglante au Centre Culturel Islamique de Québec en janvier 2017.

Article traduit de Narcity Canada- Patrick John Gilson

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications