Eustachio Gallese a plaidé coupable du meurtre prémédité de la jeune femme de 22 ans ce jeudi matin au palais de justice de Québec. L'homme de 51 ans a reconnu avoir enlevé la vie de Marylène Lévesque, le 22 janvier dernier, en lui assénant plusieurs coups de couteau dans une chambre d'hôtel à Sainte-Foy.

Des détails supplémentaires sur les circonstances du crime ont d'ailleurs été dévoilés.

En effet, il aurait commis ses gestes à cause de sa jalousie et son obsession envers la jeune femme, rapporte le Journal de Québec.

Gallese serait en fait tombé amoureux d'elle après avoir fait sa rencontre dans un salon de massage érotique. Sachant qu'il ne pourrait jamais entretenir une relation avec la jeune femme, il aurait décidé de la tuer pour ensuite s'enlever la vie lui aussi, geste qu'il n'a finalement pas commis.

Le juge l'a finalement condamné à purger une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. 

Pierre-Alexandre Bolduc, journaliste pour Radio-Canada, a rapporté les dires du juge lorsqu'il a rendu son jugement, mentionnant que Gallese a « commis l'irréparable, le pire crime alors qu'on [lui] avait fait confiance ».

Rappelons que le meurtrier a fait couler beaucoup d'encre dans les derniers temps, à cause de ses actes, mais aussi par rapport à sa situation de libération conditionnelle.

Gallese n'en était pas à son premier geste du genre. Il avait été reconnu coupable du meurtre non prémédité de sa conjointe en 2004 et qui avait été condamné à 15 ans derrière les barreaux. 

Depuis, il avait été remis en semi-liberté avec plusieurs conditions à respecter.

La Maison de transition Painchaud, où il résidait depuis sa sortie de prison en mars 2019, lui avait autorisé à pouvoir rencontrer des femmes afin de satisfaire ses besoins sexuels, rapporte le Journal

La Commission des libérations conditionnelles du Canada avait cependant interdit cette pratique à l'automne dernier, indique La Presse, selon les informations de la Presse Canadienne.

Depuis le meurtre de Marylène Lévesque, le Service correctionnel du Canada a demandé une enquête pour faire la lumière sur les mesures encadrant la remise en semi-liberté de Gallese.

 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications