Avec le confinement en place au Québec depuis plus de deux mois, il est normal de se sentir un peu isolés et seuls. En ces temps difficiles, beaucoup voudraient bien pouvoir s'offrir un peu d'intimité à deux (ou plus), histoire de briser la solitude. Pour donner l'heure juste sur les relations sexuelles en temps de COVID-19, les autorités de santé publique ont publié des directives à cet effet.

La pandémie a soulevé plusieurs questions en lien avec les comportements sexuels à adopter et sur ce qui est permis ou non. Est-ce qu'un couple qui ne reste pas ensemble peut se voir? Quels sont les risques? On se rappelle d'ailleurs que Horacio Arruda a indiqué en avril dernier que la monogamie était à privilégier.

Pour répondre à ces questions, le gouvernement du Québec a récemment mis en ligne sur son site Web une page de conseils et de mesures à suivre pour les contacts sexuels.

On y rappelle que la COVID-19 se transmet lors de contacts rapprochés entre des personnes. Cela inclut donc baisers, caresses, étreintes et relations sexuelles.

Des partenaires qui habitent à la même adresse n'ont pas besoin de restreindre leurs rapports sexuels.

Toutefois, si l'un d'entre eux développent des symptômes ou a été en contact avec une personne atteinte, il faut éviter les contacts sexuels et appliquer les consignes d'isolement.

Si tu n'habites pas avec ta blonde, ton chum ou ton amant, les règles de distanciation sociale de base s'appliquent.

Il faut donc éviter tout rapprochement à moins de deux mètres.

Cette directive s'applique peu importe s'il s'agit « de nouveaux partenaires, de partenaires occasionnels ou réguliers ».

Les autorités précisent aussi qu'avoir des relations sexuelles avec des partenaires anonymes peut rendre difficile le suivi approprié en cas d'infection à la COVID-19.

Le nouveau coronavirus n'est pas le seul danger auquel on peut s'exposer, puisque les infections transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS) ne prennent malheureusement pas congé même en pandémie.

Le gouvernement prévient que les délais pour obtenir un dépistage, des résultats ou un traitement peuvent être plus longs en raison de l'impact de la COVID-19 sur le réseau de la santé.

Condoms ou carrés de latex sont donc à privilégier pour prévenir la transmission de ITSS.

Si tu ne vis pas avec ton partenaire, on t'indique donc que tu n'es mieux servi que par toi-même.

La santé publique indique clairement que « la masturbation, les rencontres téléphoniques et virtuelles ne répandront pas la COVID‑19 ».

Alors, pas de souci pour les rendez-vous coquins sur Zoom!

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter