Le gouvernement du Québec a récemment annoncé la fermeture totale des écoles québécoises jusqu'au 1er mai prochain. Les cégeps et les universités, malgré les portes fermées, poursuivent leurs activités virtuellement. Cette décision fait maintenant réagir auprès de la communauté étudiante alors qu'une pétition pour suspendre la session d'hiver 2020 au Québec circule et elle a récolté des milliers de signatures.  

La pétition « Suspension de la session et reconnaissance des crédits sans note finale (COVID-19) » demande au ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, de réserver le même sort que les écoles primaires et secondaires aux établissements post-secondaires québécois.

Comme tous les citoyens de la province, la communauté étudiante vit le stress engendré par la pandémie. Les raisons invoquées pour la création de la pétition mettent de l'avant ce niveau d'anxiété accru au sein des étudiants.

Selon ce qu'on peut y lire, ceux-ci  souffrent d'une grande détresse psychologique, due à une perte d'emploi ou de logis potentielle; certains doivent dorénavant s'occuper de leurs enfants à temps plein; et d'autres côtoient des personnes à risque de contracter la COVID-19 ou ont des parents travaillant dans les services essentiels.

La pétition demande au ministre Roberge d'offrir « une solution globale et équitable pour les étudiant-e-s de l’ensemble des établissements d’études supérieures du Québec incluant les cégeps, les collèges et les universités » et de leur permettre « de passer leur session et de se concentrer sur l’essentiel. »

Au moment de publier ces lignes, plus de 67 000 personnes ont déjà signé la pétition, dont l'objectif est d'atteindre 75 000 signataires.

Dans le but de calmer certaines inquiétudes, l'Université du Québec à Rimouski (UQÀR) a déjà choisi de créditer tous les cours pour lesquels des évaluations avaient eu lieu avant la fermeture de ses portes, mi-mars.

Les étudiants obtiendront donc leurs crédits pour ces cours, jugés terminés, mais qui ne seront toutefois pas cumulés dans le calcul de la moyenne cumulative.

Pour les cours montrant une absence d'évaluation, une entente doit avoir lieu entre les professeurs et les étudiants concernés afin d'établir une évaluation, à réaliser à distance.

Dans la foulée des diverses demandes d'accommodement pour contrer les effets économiques néfastes de la pandémie, plusieurs demandaient également la mise sur pause des remboursements de prêts étudiants.

Les deux paliers de gouvernement ont donc proposé de soutenir la communauté étudiante. Le gouvernement du Canada suggère un moratoire sur les prêts d'études canadiens. Le Québec, quant à lui, suspend le remboursement des dettes d'études pendant six mois, et aucun intérêt ne sera chargé au cours de cette période.

Pour plus d'informations, tu peux consulter la section à ce sujet sur le site du gouvernement du Québec.

VIDÉO POPULAIRE Les Montréalais risquent des amendes de 1 000 $ s'ils font des rassemblements

 
Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter