Le milieu du spectacle au Québec est particulièrement affecté par la situation entourant la COVID-19 depuis quelques semaines. Des tournées d'artistes internationaux ont même été repoussées et d'autres événements ont été carrément annulés. Il y a par contre un certain espoir et des spectacles en salle pourraient être présentés dans la province dès cet été. Voici ce que tu dois savoir à ce sujet. 

L'annulation des grands événements culturels et festivals jusqu'au 31 août annoncée la semaine dernière a créé une véritable onde de choc chez les artistes, diffuseurs et producteurs de concerts.

Ce 15 avril, Radio-Canada a dévoilé que les salles de spectacle ne seraient pas sujettes à ces mesures, mais devraient plutôt se conformer aux directives entourant l'interdiction des rassemblements qui se poursuit jusqu'au 4 mai prochain. 

Narcity Québec s'est donc entretenu avec Karl-Emmanuel Picard, copropriétaire de L’Anti Bar & Spectacles à Québec et président de District 7 Productions afin de faire la lumière sur la situation et en savoir plus sur la réalité des salles de spectacles en ces temps de crise.

Même si les diffuseurs pourraient, selon les consignes actuelles, recommencer leurs activités régulières dès le 5 mai prochain,  la situation est quelque peu complexe.

Karl-Emmanuel explique qu'il ne croit « pas que c'est réellement possible de présenter des spectacles avec des spectateurs dès le 5 mai prochain ».

Par contre, il indique qu'il « serait intéressant d’envisager de commencer à planifier et préparer le retour des spectacles dans les différentes salles de spectacle du Québec à l'été. »

Parmi des pistes de solutions intéressantes qu'il propose, notons un retour graduel par l'entremise de performances en direct. 

« Par exemple, présentement, nous ne pouvons pas utiliser une salle de spectacle pour diffuser un concert sans public sur les médias sociaux. Dès le 5 mai, j'aimerais présenter des spectacles en direct d'une salle de spectacle sans public ou avec un public restreint », indique-t-il.

De plus, il reste optimiste pour l'été qui se pointe le bout du nez : « en sachant qu'il y a une possibilité que les salles de spectacle puissent rouvrir le 5 mai, il y a de l'espoir que nous pourrons présenter nos spectacles de juin, juillet et août sans trop de contraintes ».

De plus, il explique que tous ses spectacles avec des artistes internationaux prévus jusqu'au 30 juin ont été annulés ou reportés à cause des fermetures de frontières. Ces dernières pourraient d'ailleurs durer plus longtemps encore.

Karl-Emmanuel croit donc que ce sera une occasion de se tourner vers les artistes du Québec : « Je pense qu'il y a d'excellents artistes au Québec et que nous pourrons programmer des spectacles à la dernière minute quand il sera sécuritaire pour les artistes et spectateurs de fréquenter les salles de spectacle ».

Questionné par rapport au traitement du milieu culturel durant cette crise, le producteur de spectacles mentionne que les indications ne sont toujours pas claires et qu' « il serait important que le gouvernement donne des directives précises aux petites salles de spectacle et aux diffuseurs du Québec pour les prochains mois ». 

Eux-mêmes sont toujours déstabilisés par l'annulation des grands événements et festivals jusqu'au 31 août et selon le principal intéressé, « la perception de la population est qu’il n’y aura aucun spectacle à l’intérieur jusqu’au 31 aout prochain ».

Des indications plus claires de la part du gouvernement permettraient, par exemple, aux salles de mettre sur pause leur assurance responsabilité, ce qui leur donnerait un répit en ces temps difficiles.

Il termine en mentionnant qu'il est très difficile présentement pour une salle indépendante et non subventionnée comme la sienne « de prévoir les prochains mois sachant que [leurs] seuls revenus sont la vente d'alcool lors des spectacles. »

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter