Avec les commandes à emporter et les livraisons qui ont décuplé en ces temps de confinement, certains restaurants ont voulu en profiter pour ajouter des alcools à leur menu. Encore faut-il que ce soit autorisé par la loi, ce qui n'était pas le cas des rôtisseries St-Hubert, qui ont vendu un gin tonic illégalement.

Ce jeudi 28 mai, la chaîne de restaurants a annoncé qu'elle ajoutait un gin tonic prêt-à-boire à son menu pour emporter et à ses livraisons. Vendu en cannette par l'entreprise montréalaise Romeo's Gin, ce cocktail était déjà disponible depuis le début de la semaine pour les clients.

Or, il s'avère que la chaîne n'était pas en droit de vendre cette boisson, puisqu'elle est classée comme spiritueux.

Selon la Loi sur les permis d'alcool, les restaurants sont autorisés à vendre, « pour emporter ou livrer, [des] boissons alcoolisées accompagnées d’un repas, sauf la bière en fût, les alcools et les spiritueux ».

Selon La Presse, la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) a donc rappelé à l'ordre St-Hubert, qui a dû retirer les cocktails Romeo's Gin de son menu.

« Nous avions tellement hâte de proposer ce nouveau produit québécois », a déclaré au média Josée Vaillancourt, la directrice des communications du Groupe St-Hubert.

Elle a ajouté que le gin tonic serait offert dès la réouverture des salles à manger.

Chez St-Hubert comme chez les créateurs de Romeo's Gin, on affirme qu'on ignorait que la boisson, qui contient 7 % d'alcool, n'était pas autorisée.

Le règlement est par ailleurs critiqué par Nicolas Duvernois, directeur de Duvernois Esprits Créatifs, l'entreprise qui produit le cocktail.

« Cette expérience est une occasion unique afin de modifier certains règlements et lois concernant les spiritueux qui n’ont tout simplement pas évolué », a-t-il affirmé dans une publication Facebook.

« Pouvoir permettre à la vingtaine de prêt-à-boire québécois de pouvoir être dispo à la livraison d’un repas (comme le vin ou la bière) serait un micro-changement à apporter à la loi, mais un immense pas en avant pour les distilleries d’ici », avance-t-il.

Si tu ne pourras pas boire un petit gin tonic avec ton poulet rôti, il sera quand même possible de commander du vin avec ton repas.

St-Hubert a en effet ajouté à son menu deux produits de la compagnie québécoise Vignoble de l'Orpailleur qui sont, eux, toujours permis par la loi.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications