Dans le contexte actuel, la diffusion hebdomadaire en direct de l'émission Tout le monde en parle s'est vu être prolongée de quelques semaines afin d'aborder différents aspects de la pandémie de la COVID-19 au Québec.

Ce dimanche 5 avril, l'animateur Guy A. Lepage a reçu sur son plateau le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion. Celui-ci a répondu à de nombreuses questions que plusieurs se posaient, notamment sur les potentiels vaccins, les traitements et sur les tests de dépistage au Québec.

M. Quirion a expliqué que son rôle durant cette crise est d'abord et avant tout de donner des conseils et des avis au gouvernement du Québec pour déterminer qu'est-ce qu'on devrait faire, par exemple, en ce qui a trait des nouveaux traitements. 

« Tout le monde a de très bonnes idées, il faut les valider en termes de recherche, en termes de science. C'est d'aller vers ce qu'on pense qui va avoir du succès éventuellement », a-t-il expliqué.

Lors de son entrevue, l'invité a aussi affirmé que de nouveaux tests de dépistage de la COVID-19 seraient bientôt dévoilés : 

« Probablement, on devrait annoncer des choses d'ici une semaine ou deux. Des tests beaucoup plus rapides, même à partir d'un téléphone cellulaire. »

Présentement, cela prend environ deux à trois jours avant d'avoir les résultats. 

Concernant le développement d'un vaccin, M. Quirion est d'avis que d'ici un an, un an et demi, une inoculation efficace sera disponible et arrivera à point. 

« On a un peu peur qu'il y ait une deuxième vague, que ça revienne peut-être à l'automne. Le virus va peut-être avoir changé un petit peu. C'est pour ça qu'il faut continuer à bien se préparer, travailler fort pour développer des vaccins. En espérant que lorsqu'on va avoir un vaccin, il va être efficace pour la majorité de la population », a indiqué le scientifique, qui est persuadé qu'il y aura d'autres pandémies à l'avenir. 

En attendant qu'un vaccin soit bien testé et qu'il soit offert à la population, les chercheurs de la province se penchent sur d'autres types de traitements. 

« Ça ne guérira pas, ce qu'un vaccin va faire, mais ça va peut-être diminuer certains des effets de la maladie », précise M. Quirion. 

Malgré tout, le meilleur moyen en ce moment pour se protéger demeure la distanciation sociale et, bien sûr, de se laver les mains, rappelle le scientifique en chef du Québec.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications