L’ex-député libéral d’Argenteuil, Yves St-Denis, a été reconnu coupable jeudi d’avoir agressé sexuellement une conseillère municipale des Laurentides, alors qu’il effectuait une visite à Saint-Adolphe-d’Howard en mai 2017.

À l’époque, la plaignante, Marjorie Bourbeau, avait rencontré M. St-Denis dans le cadre de ses fonctions, en tant que conseillère municipale de la municipalité des Pays-d’en-Haut.

Selon La Presse, l’accusé s’est rendu à un 5 à 7 chez la candidate libérale Naomie Goyette, en présence de Mme Bourbeau et une militante libérale. On parle d'une soirée bien arrosée.

La fête se serait ensuite poursuivie chez l'une des convives présentes. Selon la version retenue par la juge, Yves St-Denis aurait insisté pour dormir chez la victime, même si l’hôtesse leur offrait le gîte. 

L’agression se serait déroulée dans la nuit, alors que l’ex-député provincial d’Argenteuil a embrassé la conseillère municipale pendant qu'elle dormait, alors qu’ils faisaient chambre à part. Mme Bourbeau avait insisté pour qu'ils ne dorment pas ensemble. 

La juge au dossier, Michèle Toupin, n’a pas considéré comme étant crédible la version de l’accusé. L’ex-député plaidait s’être assis sur le lit et avoir fait « la bise sur les deux joues » à la victime avant de quitter. 

L’accusé a été condamné à une absolution conditionnelle. En d'autres mots, s'il respecte sa période de probation d'un an, ce qui inclut 50 heures de travaux communautaires, il n'aura pas de casier judiciaire. Il est de plus inscrit au registre des délinquants sexuels pour les 20 prochaines années et ne peut plus posséder d’armes à feu pendant 10 ans.

Yves St-Denis a été expulsé du caucus du PLQ en avril 2018 après qu'une affaire d’inconduite sexuelle ait vu le jour. Il aurait envoyé à une employée une photo sexuellement explicite en 2014.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications