Ces derniers temps, l’ayahuasca est sur toutes les lèvres. Cette boisson hallucinogène va en effet au-delà d’une série d’épisodes de District 31. Nelson Deschênes, un Québécois originaire de Chicoutimi, s’est enlevée la vie le printemps dernier, alors qu’il travaillait dans au centre de retraite péruvien. Selon un rapport de police récemment publié, il se serait infligé des blessures mortelles après avoir consommé de l’ayahuasca.   

Situé à Iquitos, en pleine forêt amazonienne, le centre Rainforest Healing Centre (RHC) offre des retraites de 7 à 11 jours de temps. Sur le site web du RHC, on y indique que la clientèle intéressée peut débourser entre 1 715 $ et 2 445 $ pour ce genre d’événements. Le rôle de Nelson Deschênes était d’accompagner les clients lors de leur séjour.  

À l’aube de son 33e anniversaire, l’homme avait décidé de quitter le pays pour aller travailler au centre. Selon le quotidien péruvien Pro & Contra, quelques jours après son anniversaire en mars dernier, l’homme aurait bu une tisane à base de liane qu’il avait déjà consommée par le passé. Il aurait souffert par la suite « d’hallucinations très intenses qui l’ont projeté au sol », indique l’article.

L’homme aurait ensuite pris un couteau avec lequel il s’est infligé plusieurs coups profonds. Il est décédé quelques jours après son admission à l’hôpital local.

L’article du quotidien péruvien raconte que le Canadien a rédigé une note, en anglais, alors qu’il était sous l’influence de l’ayahuasca : « Je t’aime. Je suis désolé. S’il vous plaît, pardonne-moi. Merci. »  

La mère de la victime a d’ailleurs tenté d’avoir des réponses sur les réseaux sociaux, lors d’une publication sur la page du RHC

Il semblerait que ce ne soit pas le seul incident du genre à s'être déroulé dans ce centre. Une autre personne a elle aussi indiqué son mécontentement sur la page Facebook du RHC, en mentionnant que le centre est « incroyablement dangereux ».

L’internaute précise qu’il écrit d’un compte d’un ami, puisque l’organisme péruvien l’aurait bloqué.

« RESTEZ À L’ÉCART. Ce centre est incroyablement dangereux. Les conditions de travail sont abusives, dangereuses et exploitantes. Un facilitateur s’est récemment suicidé sur les lieux. Bien qu’il y ait sans aucun doute beaucoup de choses que nous ne saurons jamais sur sa mort. [...] Je ne peux que parler en mon nom et dire qu’être dans un environnement émotionnellement et physiquement abusif m’a laissé dans le pire état mental. [...] J’encourage tout le monde à faire preuve de bon sens. »

Selon les informations de La Presse, le centre serait maintenant fermé.

L’ayahuasca est une préparation puissante et hallucinogène bue lors de cérémonies chamaniques. Elle est faite à base de lianes et est prise sous forme de breuvage.

L’ayahuasca est interdite dans la majorité des pays occidentaux, mais est légale au Pérou. Au Canada, l’importation est toutefois autorisée par Santé Canada à des fins religieuses pour certains groupes. 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter