Après les 2,9 millions de membres qui se sont fait voler leurs informations chez Desjardins en juin dernier, on apprend aujourd'hui qu'une deuxième institution financière a été victime d'un vol de données. Maintenant, ce sont 6 millions de Canadiens qui se sont fait voler leurs données par une informaticienne de la banque Capital One. Quelques heures après l'annonce de ce vol, un recours collectif contre Capital One a déjà été lancé au Québec.

Un résident de Québec, Simon Tanguay, a effectivement déposé un recours collectif avec la firme Siskinds, Desmeules, Avocats contre Capital One. Il s'agit de la même firme qui représente les clients de Desjardins qui se sont fait voler leurs données. Cette firme est  située sur la rue Buade dans la ville de Québec.

Plus d'un million de personnes se sont fait dérober leur numéro d'assurance sociale au Canada par une ingénieure informatique américaine, qui a été appréhendée par le FBI. 

Cette demande doit toutefois être d'abord approuvée par un juge. Les clients de la banque n'ont pas à se manifester pour l'instant.

L'homme derrière la pétition a fait valoir à la firme d'avocats que « la transmission illégale de ces informations fait subir un risque accru de voir leurs informations personnelles utilisées sans droit par des tiers », est-il écrit dans la requête que Narcity Québec a obtenue.

Tous les clients de Capital One de la province du Québec et au Canada sont inclus dans le recours et on peut y lire que cela s'appliquera à « toute personne détentrice d'une carte de crédit émise par les défenderesses et/ou ayant fait la demande d'une carte de crédit aux défenderesses, dont l'information personnelle privée a été divulguée sans autorisation, à la suite d'une cyberattaque, tel que divulgué le 29 juillet 2019 ».

Si la demande est validée, la banque devra payer des dommages aux détenteurs de ses cartes qui ont été touchés par le vol de données. Les montants ne sont pas encore connus.

Il en va de même aux États-Unis, alors qu'un recours collectif a été déposé ce matin devant la Cour fédérale de Washington, D.C., par un rédisent du Connecticut, selon le Journal de Québec. Quelques 100 millions d'Américains ont vu leurs informations personelles dévoilées.

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter